Telford : monstruosité musulmane

 

Il y a trois ans, début 2015, j’écrivais une contribution pour un ouvrage collectif : « Islamisation de la France : fantasme ou réalité. »

Ce chapitre mettait en relief la criminalité particulière des populations immigrées. En particulier, le site Atlantico venait de livrer une information qui aurait du être un scandale politique et qui n’a été qu’un fait divers : 1400 mineures blanches, et uniquement des blanches, ont été les esclaves sexuelles de la communauté pakistanaise musulmane de Rotherham, agglomération de 250 000 habitants au Royaume-Uni, durant des années. Les autorités ont préféré fermer les yeux plutôt que d’être taxées de racisme. Ces jeunes filles, issues de la classe ouvrière blanche ne peuvent émouvoir. Le mot d’ordre était de ne pas faire d’amalgame. Il ne s’agit que d’un fait divers qui concerne des populations vulnérables. Pourtant, on apprenait qu’à Rochdale ou à Oxford, les mêmes événements avaient eu lieu à l’encontre des jeunes filles blanches.

Deux raisons sont avancées pour justifier que les autorités aient laissé faire impunément. La crainte d’une montée d’actes racistes de la part des Blancs puis qu’il est exigé de ne pas critiquer une communauté en particulier. L’impunité a été interprétée comme un feu vert par les criminels. Par contre, la tolérance zéro sera de mise pour prévenir de toute tentative de vengeance de la part des vraies victimes.

Que d’événements durant ces trois dernières années ! Les attentats terroristes, la crise des Migrants, le Brexit auraient-ils influencé le cours de l’Histoire ?

Aujourd’hui 15 mars 2018, compte tenu de ce qui précède, je suis alerté par une information du magazine closer : « Les forces de l’ordre britanniques viennent de dévoiler l’un des plus grands scandales sexuels de Grande-Bretagne. Des gangs, spécialisés dans le trafic humain, faisaient de jeunes filles âgées de 11 ans des esclaves sexuelles. L’une d’entre elles est tombée enceinte six fois en quatre ans… »

Il n’est pas question de populations spécifiques et, de manière surprenante, il est très difficile de retrouver des sources. Le lieu n’est pas évoqué. Il est seulement fait allusion au magazine  The Mirror.

Mais les événements sont bien réels. L’horreur de Rotherham a été dépassée. Le mode opératoire et toujours le même et là encore, nous ne trouvons aucune mention de l’identité islamique des tortionnaires. Celle-ci a été dissimulée par la presse comme par les autorités policières.

Nous la trouvons sur le site One news now  ou sur le site spikedonline.com. Il s’agit de la petite ville de Telford. Il s’agit de la communauté musulmane.

https://www.onenewsnow.com/legal-courts/2018/03/13/muslims-raped-beat-prostituted-or-killed-1k-girls-in-uk-town

http://www.spiked-online.com/newsite/article/telford-girls-the-wrong-kind-of-victims/21217#.WqpETH_A_4Y

“The “worst ever” child grooming scandal exposed in Great Britain reportedly came at the hands of Muslim migrants in the small town of Telford, where up to 1,000 girls as young as 11 years old were raped, drugged, beaten, forced into prostitution, and even murdered over a 40-year period.”

Le fait divers d’une petite fille de 11 ans, tombée enceinte six fois en quatre ans dissimule des actes de tortures, de viols et de meurtres à grande échelle. Quand il est question de milliers d’enfants esclaves sexuels pour une autre communauté, on ne parle pas de « gangs » mais d’organisations criminelles.

Depuis des années, les investigations ont été bloquées par le déni de réalité. Certaines personnes ont été arrêtées. Les premières condamnations pour proxénétisme datent de 2010. Mais la dimension musulmane du problème a toujours été rejetée. On parle de gangs spécialisés dans le trafic humain quand nous sommes en présence du même phénomène que les marchés d’esclaves sexuels de Daesh. Les terroristes de Daesh ne sont pas que des « simples » proxénètes. Là n’est pas leur déterminant ou « spécialité ». Comment l’ennemi pourrait-il être combattu et vaincu quand nous refusons de l’identifier? Nous sommes en 2018 et les viols collectifs, tortures et meurtres d’enfants, parce que blancs et non-musulmans, n’ont fait que s’amplifier ces dernières années. La montée de la criminalité est proportionnelle à la montée de l’Islam.

Toutes les victimes sont des petites filles blanches issues de familles défavorisées. Une évaluation fait état de 4000 victimes pour l’instant. Tous les accusés sont des Pakistanais ou Migrants musulmans. Aucune relation entre ces deux facteurs n’est considérée.

Pour la presse institutionnelle britannique, la petite ville de Telford n’a simplement pas connu la journée de la femme.

Le journal one news now conclut qu’il semble que le viol est plus tolérable que la discrimination raciale au Royaume-Uni. Il y a toujours quelque chose de pourri dans ces royaumes ! Derrière le viol, il y a un mode de considération de la personne humaine.

Concernant les Migrants, il semble que leurs opposants soient de plus en plus enclins au compromis. Il y aurait une fatalité au phénomène migratoire. La flèche du temps suit le trajet de l’inéluctabilité.

Ainsi, nous entendons que nous sommes Humains. C’est au titre de cette humanité que nous devons accepter les Migrants, d’autres Humains. Des conditions strictes d’accès permettront de trier le bon grain. « La religion doit rester dans la sphère privée ou le Migrant devra partir ». Nos règles de vie doivent l’emporter. L’intention relève du doux rêve. Elle n’est que gesticulation pour signifier que nous serions encore maîtres de la situation. Le contrôle de la situation est une illusion puisque la volonté a disparu.

Le fond du problème est dans la définition de ce qui est humain.

Quand on sait à quoi on a affaire, on ne doit pas laisser la possibilité que le problème voit le jour. Ce n’est pas pour rien que c’est un principe halakhique. L’erreur de la pensée occidentale est dans la confusion totale de l’interprétation du phénomène… Humain.

La pensée dominante, contrairement à ce qu’elle croit, n’accepte pas le principe de précaution. Il n’y a que le Judaïsme profond qui s’y conforme. Nous le retrouvons dans la séparation du lait et de la viande. Ni l’un ni l’autre ne sont mauvais. Seule leur cuisson commune est, en réalité, proscrite. Leur conservation séparée répond au principe de précaution. Si tu ne dois pas toucher une femme, cela ne veut pas dire que tu es un obsédé sexuel qui ne sait pas se tenir. La précaution l’emporte sur l’évaluation subjective pour que chaque chose reste à sa place.

Pour ce qui est des représentants d’Amalek, ils doivent tous être exterminés. La faute du roi Saül est de ne pas l’avoir fait. Il faut le comprendre. Quand il devient roi, les Amalécites sont les amis des Juifs depuis des siècles. Et de quoi sont coupables les femmes et les enfants? Mais c’est ce qu’il fallait faire! Ce n’est pas juste un récit. C’est l’explication de la manière la plus juste de penser et d’agir. Tu fais et tu comprends après. De la même manière et fondamentalement, les Migrants ne sont pas des ennemis. L’erreur est humaine, dit-on. L’adage précise que persévérer dans l’erreur est diabolique. Être Humain aurait été d’éradiquer la source du scandale de Rotherham. Il n’y aurait pas d’affaire Telford aujourd’hui. Celui qui vient pour te détruire, n’attends pas, tue-le !

Mais les leçons de l’Histoire n’éclairent que le chemin déjà parcouru. Nous ne prenons pas la mesure de ce qui se passe quand cette affaire est classée en rubrique « faits divers ».

 

Par ©Gilles FALAVIGNA

En savoir plus sur http://www.jforum.fr/telford-monstruosite-musulmane.html#FuBvlKYfEUWgqM21.99

Une réflexion au sujet de « Telford : monstruosité musulmane »

  1. Parmi les très nombreuses sources de ma colère sur cette affaire, la qualification de prostitution pour les fillettes de 11 ans. Même forcée et même si un tiers est rémunéré, la qualification requise devrait être le viol. Ensuite, le nombre incroyable de victimes doit être mis en parallèle du mode opératoire de la conquête d’un territoire. C’est un acte de guerre. C’est un acte collectif autant que la jouissance individuelle de l’accomplissement des pulsions de ces non-humains.
    Il est important d’avoir en tête la photo souriante du petit ange Myriam Monsonego, 7 ans, assassinée par Mohamed Merah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *