Archives du mot-clé Gauchisme

l’Antisionisme mord la queue de l’Antisémitisme

C’est l’Antisionisme qui mord la queue de l’Antisémitisme

 

Par Gilles FALAVIGNA

« Ignoble : Edwy Plenel », titre le monde juif.info. Sous le nom de plume de Joseph Krasny, en 1972, Edwy Plenel prenait fait et cause pour les terroristes de Septembre Noir qui venaient de commettre leur attentat contre la délégation israélienne aux JO. De Munich. Leur combat était son combat.

Le problème est que l’information n’est pas une information. Du moins, elle n’est pas celle qu’on pense. L’information ne fait que donner une consistance à ce qui forge l’antisionisme.

Il n’y a aucun scoop à ce qu’Edwy Plenel ait pu écrire ces ignominies. D’ailleurs, il répond le plus naturellement du monde et droit dans ses bottes qu’il n’a jamais fait mystère de ses contributions au journal Rouge.

Nous ne devrions pas être surpris de la proximité de l’intelligentsia de Gauche  avec les Terroristes islamistes. Mais un bref rappel de la nature idéologique de cette pensée n’est pas superflu.

Plenel écrivait dans Rouge, journal trotskiste. La 4e Internationale, pour se différencier du Communisme bureaucratique, s’est fondée sur le principe de “l’équivalence”. Il signifie l’équivalence entre le Nazisme et le Communisme. C’est le principe historique du Trotskisme. Il ne fait jamais la moindre allusion à la Shoah parce que le minimum de compassion pour les Juifs viendrait établir un élément mesurable entre le Nazisme et le Communisme.

Deux éléments concomitants d’ordre « psychologique » viennent renforcer le déni de réalité : le Trotskisme est universaliste et ses principaux dirigeants sont Juifs.

L’universalisme trotskiste est un absolu comme tout universalisme. Aucun compromis n’est acceptable. Foncièrement, le principe hégélien de la synthèse a trouvé  sa place par l’entrisme, action du Trotskiste. Le matérialisme historique a une visée utile, celle de la victoire à n’importe quel prix, y compris celui de la forfaiture, du mensonge et des crimes les plus odieux. La morale est bourgeoise et si le Soleil brille pour les bourgeois, alors il faut éteindre le Soleil, selon la formule de Trotsky, lui-même.

Les principaux dirigeants trotskistes sont Juifs. Ce caractère ne peut que s’effacer au contact de l’Universalisme. Nous sommes en présence du nœud gordien car ce n’est pas si simple de rejeter toute morale, toute identité, toute humanité. La fuite en avant est dans l’antisémitisme et plus encore dans l’antisionisme. Ils échappent, ainsi, au suicide idéologique en demeurant dans le principe fondateur de l’équivalence.

L’idéologie de Gauche a évolué mais ce n’est certainement pas dans le sens visible en surface. Par l’entrisme prôné pour aboutir à ses fins, le Trotskisme a contaminé la pensée humaniste de Gauche qui faisait partie de son patrimoine. Edwy Plenel, à ce titre, est un cas d’école. Cette Gauche bien-pensante devient sûre d’elle-même et dominatrice. Son caractère est devenu universaliste. Il ne répond plus qu’à des absolus.

Il n’y a aucun hasard à ce qu’Edwy Plenel aille travailler au journal Le Monde. A partir de 1976, le journal le Monde rejoint le camp manichéiste du Bien, de la Gauche idéologique, contre le Mal, occidental représenté par Israël. La Genèse de la chute du communisme est en cours et le Mal doit être ciblé sur le fer de lance de l’affrontement Est-Ouest : le Moyen Orient. Israël représente, en outre, l’archétype de ce qui s’oppose à l’Universalisme.

Cette évolution de la Gauche sous influence avant d’être entièrement phagocytée est visible à travers la retranscription de l’actualité.

En 1976, Le Monde s’insurge contre le raid israélien à Entebbe pour sauver les passagers du terrorisme.

La conséquence de l’attentat de la rue des Rosiers est que Mitterrand sauve Arafat à Beyrouth.

Pour ma part, ancien du 1er RCP, comment pourrais-je supporter que l’attentat contre l’immeuble Drakkar qui tua 58 camarades, à Beyrouth, n’ait pas obtenu justice ? La France a fait exploser un immeuble…. après avoir averti les autorités chi’ites pour qu’elles puissent évacuer les lieux et qu’il n’y ait, ainsi, aucune victime, ni de représailles.

Il n’y aura pas d’affaire Plenel parce qu’elle ira se perdre dans le mou d’un politiquement correct antisioniste. Cette affaire ira se perdre dans le déni antisémite collectif.

Mais revenons à ce Gauchisme qui refusa de condamner le Nazisme pour ne pas créditer l’URSS de quelque honneur. L’URSS n’a pas libéré Auschwitz parce qu’Auschwitz n’existait pas ! Le Gauchisme reste cohérent avec lui-même. Ces Gauchistes ne sont pas antisionistes parce que touchés par la misère palestinienne. Ils sont pro-palestiniens, jusqu’au terrorisme, parce qu’antisionistes.

Le Négationnisme de la Shoah ne sort pas de nulle part. Faurisson n’est pas le fruit d’une génération spontanée. C’est à la fin des années 40, alors que les fours d’Auschwitz sont encore chauds, que Paul Rassinier, le maître à penser de Faurisson initie le Négationnisme. La raison est toujours la même : au sein de son groupe d’Extrême Gauche, la Vieille Taupe, il entend lutter contre « le grand complot » (forcément juif) qui s’oppose aux principes universalistes.

Il y a toujours cette cohérence des Négationnistes avec leur culture d’Extrême Gauche qui les pousse à profaner la vérité historique pourvu que le Soleil s’éteigne.

Mal nommer les choses ajoute au malheur du monde, disait Camus ? Ajouter au malheur du monde est bon pour la cause !

Des milliers de dignitaires nazis sont partis dans les pays arabes à la fin de la guerre, se sont convertis à l’Islam et ont continué leur œuvre de mort en formant des institutions ravies de l’opportunité. Parler de Nazislamisme correspond à la réalité la plus concrète.

La convergence de mœurs, d’intérêts, d’actions entre l’Islamisme et le Gauchisme est une réalité. Les écrits d’Edwy Plenel dont il est question, ici, en témoignent. L’Islamo-gauchisme est la terminologie la plus idoine pour décrire l’article incriminé.

Sûre d’elle-même et dominatrice, la Gauche, de toute sa suffisance, va balayer les qualificatifs jugés indignes. Révisionnisme et négationnisme sont les attributs naturels de l’idéologie trotskiste présente à tous les niveaux de communication.

Elle reste digne, digne d’elle-même. Edwy Plenel reste digne. Il justifie ses positions en invoquant Jean-Paul Sartre qui tenait le même discours que lui en 1972. Et de conclure, fier, qu’il « refuse l’intimidation qui consiste à taxer d’antisémite toute critique de la politique de l’Etat d’Israël. »

Jean-Paul Sartre, figure de la philosophie de Gauche devrait l’absoudre de tout antisémitisme. On ne peut pas être de Gauche et antisémite, n’est-ce pas ?! Mais il se trouve, qu’en 1940, Jean-Paul Sartre collabora avec l’occupant nazi. Pour sa part, ce ne fut que pour obtenir des gratifications personnelles. Pour que ses pièces puissent être jouées dans les théâtres parisiens, il dénonça les auteurs non germanophiles. Qu’y a-t-il comme modèle opposable à l’antisémitisme ?

Faire appel à son équivalent comme référence est contraire au principe de pertinence. Une référence est une source tierce. C’est le serpent qui se mord la queue. Ici, l’antisionisme mord la queue de l’antisémitisme. Il s’en nourrit.

Le poison était déjà présent. Il fait manier la dialectique avec absolu. TOUTE critique d’Israël serait antisémite ? Certainement pas ! Mais quand la critique est systématique et qu’elle va jusqu’à l’empathie pour les Terroristes, on peut se poser une question, déjà latente dès lors que la personne oppose l’antisémitisme à l’antisionisme.

Par ©Gilles FALAVIGNA