Pourquoi être sioniste ?

Mon article sur EuroLibertés:

Être sioniste, est-ce se déterminer en fonction des Juifs quand on n’est pas Juif ? Il se trouve que la question juive, qui ne concerne qu’un des plus petits peuples au monde, est au centre de toutes les attentions.

Plan de partition de la Palestine en 1947.

Plan de partition de la Palestine en 1947.

Un des plus petits pays au monde fait l’objet de la Une quotidienne de tous les médias. Cette préoccupation mobilise nos sociétés depuis toujours. Peut-être est-ce ce paramètre qu’il convient de regarder.

Le judaïsme date de 4 000 ans. Il y a sur ce point un premier malentendu car le judaïsme n’est pas une religion. Le judaïsme est une identité.

La Bible rapporte que durant des siècles, Dieu s’adressa à Abraham et à ses descendants avec un unique message : Je vous donnerai une terre et vous serez une nation.

À aucun moment, durant les siècles qui séparent la genèse du peuple juif, de son entrée sur la terre qui lui avait été donnée par un pacte, il n’est question de religion. Il ne s’agit que d’une terre et d’une nation. Lors, à aucun moment, une loi divine n’établit ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire.

Ce n’est donc qu’à l’instant d’entrer sur cette terre que la loi, la Torah, est donnée. Elle n’est pas donnée à des individus. Elle aurait, sinon, été donnée depuis longtemps puisque la Bible indique que les Patriarches ont été les plus méritants des hommes. Elle n’est pas plus donnée aux tribus alors que leurs chefs portent tous les attributs constituants de la Torah, Joseph et Juda en tête.

La Torah est donnée à un peuple qui devient une nation, c’est la Loi guidant la nation. La question est des plus actuelles car l’individu juif, par le sionisme, n’est véritablement juif que lorsqu’il est sur sa terre. Il s’appelle, alors, Israël. Le juif qui est en exil, qui n’est pas sur sa terre, est vidé de son essence.

Le judaïsme n’est pas une religion. Le judaïsme est une identité. La religion, ce qui relie les membres d’une nation, étymologiquement et les mots ont un sens, vient la conforter. Tout le sens de la Torah est de justifier le principe fondamental que nous venons de voir, de manière rituelle, c’est-à-dire principalement symbolique, et de manière explicative. Ainsi, le juif, Jacob, devient Israël, la nation, quand l’ange, émanation de l’Occident dans le Judaïsme, le bénit. Le texte précise qu’il ne bénit pas Jacob. Il bénit Israël, le nom que prendra Jacob quand il sera une nation.

Restons un court instant sur la Bible pour spécifier que le modèle est systématique. Le premier homme connecté à Dieu, Adam, est un corps. Ce n’est qu’une fois ce corps constitué, que Dieu lui insuffle une âme qui alors devient vivante. Il en est de même pour Israël qui doit exister sur sa terre pour devenir une nation. C’est très exactement la production de cette image que vient de réaliser Donald Trump en inaugurant l’ambassade américaine à Jérusalem.

Le modèle juif est unique. La religion, la culture, sont pour lui consécutives de l’identité. Pour toute autre nation, ce sont la culture ou la religion qui construisent l’identité.

Mais pour s’arrêter à la seule religion, un Chrétien peut aussi bien être français, que chinois ou syrien. Quelle est véritablement l’identité de ces gens ?

La mécanique identitaire juive est le modèle que doit prendre tout nationalisme. D’ailleurs, Johann Fichte, le père conceptuel du nationalisme européen ne s’y est pas trompé en prenant le repère selon le prophète Ezéchiel, qui construit la vie à partir des squelettes pour y façonner la chair. Il termine en insufflant la vie. Le support permet à l’idéologie d’exister. Sans lui, l’idéologie est mort-née.

Le nationalisme occidental est un échec. Il l’est parce que l’identité fondamentale des peuples européens est falsifiée, erronée, corrompue.

Pour paraphraser Fichte, nous sommes à la croisée des chemins. Voulez-vous que notre génération marque l’histoire comme étant celle qui a fait mourir ses enfants ? Ceux qui se prétendent nationalistes sont animés d’autosatisfaction. Mais que sont-ils ? À quoi rime l’antisionisme ambiant ? À justifier d’un complot universel juif qui conspirerait contre les nations ? Le discours est le même que celui des pays qui ne sortent pas du sous-développement et en rendent responsable l’Occident, vampire aux doigts et nez crochus. Que ceux-là commencent à se prendre en charge comme nous devons nous prendre en charge, à l’instar du peuple juif. Soyons grands par nous-mêmes.

« Cette élite, vous devez la devenir si vous voulez la rester ! », suggérait le compositeur et théoricien de la musique autrichien Hanns Eisler.

Le sionisme est la seule idéologie qui se bat contre l’universalisme. C’est très simple. Pour ne pas disparaître, quel camp choisissez-vous ?

Pour signifier clairement et simplement l’erreur de l’antisionisme de l’Occident, lorsque apparaît un chef qui défend sa nation, il est l’ami d’Israël. Nous voyons le Président Poutine convier Netanyahou aux cérémonies du 9 mai en invité d’honneur. L’acte le plus significatif du Président Trump est de transférer l’Ambassade US à Jérusalem.

Le patriote, le nationaliste qui est antisioniste participe à l’universalisme et devient traître à son peuple.

***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *