Eteindre la lumière des Nations

Par Gilles FALAVIGNA

Un petit garçon est agressé à la sortie de la synagogue. Il est roué de coups aux cris de « sale Juif ! » Le « caractère antisémite » de l’agression n’est pas retenu. Le bébé d’un rabbin est brulé à l’acide. Le « caractère antisémite » est à l’étude. Dans l’affaire Halimi, pas celle d’Ilan qui est jugée, celle de Sarah, le caractère antisémite est finalement retenu. Et quelques jours avant, et quelques jours avant, et dans quelques jours…

Les attaques quotidiennes sont de plus en plus menaçantes. Pourquoi  le « caractère antisémite » semble-t-il poser tant de problème ?

Nous pourrions mettre en évidence que les attaques sont le fait de populations arabo-musulmanes et c’est gênant.

Il y aurait quelque chose, malgré tout, d’inexact. Ce serait circoncire  le racisme à ces populations. Cependant, si le racisme se retrouve au sein de toutes les communautés, proportionnellement, la population juive le subit plus que toute autre et de très loin. Pas loin de 60% des actes racistes sont antisémites alors que les Juifs ne représentent que 0,5%  de la population.

Il convient, également, de considérer l’intensité des agressions. Il s’agit de meurtres souvent précédés d’actes de barbarie, de jeunes filles au visage lacéré, de bébé attaqué, et en nombre d’agressions, une tête de cochon déposée devant une mosquée est retenue comme acte raciste de la même manière. Certes, l’offense est réelle. Mais il n’y a pas mort d’homme, expression qui prend ici du sens.

Le caractère antisémite pose un double problème. Si nous pouvons discerner qu’il ne s’agit, en fait, que d’un seul problème, nous approcherions de la solution.

Le problème de l’antisémitisme  est enfermé dans le tabou.  C’est un double tabou.

Le racisme est dans la nature psychologique  humaine. Il peut être assimilé à une attitude défensive. On n’aime pas quelque chose chez l’autre et cette personne nous déplait. Que ce soit à tort ou à raison, la haine s’inscrit dans un processus logique. Envers la population juive, il n’y a aucune logique. L’antisémitisme est irrationnel. Cet antisémitisme est particulièrement irrationnel quand les attaques sont d’une extrême intensité  contre une population qui ne gêne foncièrement personne.

« Difficile de trouver un médecin qui ne soit pas Juif ! » Quand bien même serait-ce vrai, où est le problème ?

Nombre d’entre nous se demandent pourquoi dissocier le racisme de l’antisémitisme. Tout ceci est un élément de réponse. Le racisme répond à une forme de logique. L’antisémitisme n’y répond pas.

Le deuxième volet de cette question juive est Israël. La solidarité envers un peuple palestinien justifierait que l’antisémitisme soit principalement de source arabo-musulmane. Le tabou et l’irrationnel sont dans la considération de l’antisionisme par rapport à l’antisémitisme.

En réalité, les populations arabes se fichent de la cause palestinienne, concept soufflé à l’oreille de Nasser par le KGB, mais là n’est pas le sujet. L’antisionisme permet aux antisémites de justifier d’une logique.

Seulement voilà : les arguments antisionistes sont très exactement les mêmes que les arguments antisémites. Ils vont du complot au meurtre rituel. Le Juif tueur d’enfant, c’est Sharon au Liban ou l’affaire Al Dura. Il se dit que Tsahal enlève des enfants à Gaza, la nuit, pour des expérimentations.

Nous sommes dans l’irrationnel. La seule chose vérifiable et vérifiée est qu’Israël doit disparaître et tous les Juifs avec elle.

Nous sommes dans l’irrationnel au sujet de l’ennemi des Juifs. Comment ne pas aborder le personnage d’Amalek ?

L’irrationnel n’est pas seulement du fait qu’Amalek soit un personnage biblique indéfini. Amalek est un principe, au même titre que le peuple élu de D-ieu n’a aucune raison particulière de l’être. Mais il l’est. Amalek attaque Israël sans aucune logique et D-ieu dit qu’il se charge de lui pour signifier que le personnage ne répond pas aux lois logiques de la nature. Il est cette entité qu’on prend pour naturelle, logique alors qu’elle ne l’est pas. Amalek est à l’antisémitisme ce qu’une idéologie rationnelle est au racisme comme Gobineau pouvait définir la supériorité d’une race par rapport à une autre. Amalek est présent à chaque génération et caractérisé par une force nuisible proportionnelle à celle du peuple Juif.

L’antisémitisme et l’antisionisme sont un seul et même phénomène.

Dans l’ouvrage « Géopolitique de la question juive », j’avance que le nazisme est avant tout mu par l’antisionisme. Le qualifier d’idéologie raciste est refuser la part irrationnelle qui la guide. La position, parce que construite sur la raison est confortable. Les preuves sont pourtant  nombreuses. Parmi elles, l’attrait et la fascination qu’opérait la nature arabo-musulmane sur les dignitaires nazis ne peut laisser aucun doute. La division Handschar, composée de Musulmans, disposait de privilèges supérieurs aux autres SS. Surtout, les Arabes, qui sont des Sémites, avaient le statut d’Aryens, raison qui leur permettait de faire partie des SS. Le nazisme n’était pas vraiment plus raciste que ce que le contexte historique proposait. Le reste est une légende.

La haine du Juif par les nazis est irrationnelle et elle fusionne avec celle des Musulmans : Israël doit mourir !

A la fin de la Seconde guerre mondiale, les criminels nazis sont allés se réfugier en Amérique du Sud, nous dit-on. En réalité, il est question de Mengele ou de Eichman, cachés pour qu’on ne les retrouve pas.  Les autres ne se cachaient pas, contrairement à la logique.

La quasi-totalité des criminels nazis ont continué leur combat dans le monde arabe pour éteindre la lumière des Nations. Le conflit est strictement irrationnel. Comment les criminels nazis auraient-ils pu aller vivre au milieu des arabes s’ils étaient racistes ? Il existait d’autres options.  Ils sont antisionistes. Mieux, la liste des criminels nazis convertis à l’Islam est longue pour justifier le caractère irrationnel du Nazisme car il n’est plus question du Reich mais d’une dimension psychopathe supérieure :

Altern Erich, responsable des affaires juives de Galicie devient Ali Bella, instructeur de camps palestiniens.
Appler Hans, adjoint de Goebbels devient  Chaffar  au ministère de l’information égyptienne.
Bartel Franz, chef de la Gestapo à Kattowitz, devient El‑Hussein, Section juive du ministère de l’Information au Caire.

Baurnann, SS Standartenführer (Colonel), acteur majeur de la liquidation du Ghetto de Varsovie est nommé instructeur du Front de Libération de la Palestine au Ministère de la Guerre au Caire. Il œuvre aux côtés de Bayerlein, l’aide de camp imposé à Rommel par Hitler.

Brunner Aloïs devient Ali Mohammed. Responsable des déportations en Autriche, Tchécoslovaquie, Grèce, Chef du camp de Drancy, il devient conseiller des Services secrets syriens.

Nous sommes toujours à la lettre B au grade de Colonel pour passer par Bender Bernhardt, devenu Béchir Ben Salah, Gestapo de Varsovie nommé Conseiller de la Police politique au Caire.

Plus de 6000 officiers supérieurs SS, généraux nazis ou chefs de la Gestapo sont en Egypte après la guerre et le tiers d’entre eux s’est converti à l’Islam. Des années 40 aux années 50, rien n’a changé.

Nous pouvons également citer Heiden Ludwig, devenu el‑Hadj, journaliste à l’agence antijuive Weltdienst. Il avait déjà traduit Mein Kampf en arabe. Il était parfaitement chez lui en Egypte.

Le cas de Johann von Leers est typique. Colonel SS, rédacteur de Der Angriff puis directeur du Nordische Welt,  il se convertit à l’Islam et prend le nom d’Omar Amin. Von Leers organisa au Caire l’Institut de recherche sur le sionisme, dirigea des émissions radiophoniques écoutées dans tout le monde arabe, se chargea d’une importante collection de textes islamiques destinés au public allemand et donna vie à diverses initiatives éditoriales et de propagande.

C’est toute l’idéologie antisioniste arabe qui est construite par les Nazis. Ces gens sont décédés. Amalek est toujours là, plus fort et déterminé. C’est toute l’idéologie musulmane que les Nazis veulent imposer à l’Europe dans un délire eschatologique d’affrontement ultime avec les Sionistes.

La race des Seigneurs se met au service des populaces du sable et des poux, ram’l wa qam’l. N’est-ce pas l’expression aboutie de l’irrationnel ?

Si nous comprenons que l’antisionisme et l’antisémitisme sont une seule et unique chose, si nous comprenons qu’ils relèvent de l’irrationnel, nous aurons identifié l’ennemi pour ce qu’il est : celui de l’humanité. Pourquoi vouloir éteindre la lumière des Nations si ce n’est pour en substituer une autre.

Si nous laissons faire cet antisémitisme en France qui est de plus en plus violent et permanent, engeance du Nazisme, nous laissons faire l’antisionisme et réciproquement. Si nous laissons éteindre cette lumière, nous serons dans l’obscurité. La bougie n’est plus qu’à un souffle de notre bouche. Refuser le caractère antisémite des agressions contre les Juifs fait partie de ce souffle. Chaque agression d’un Juif est une tentative d’éteindre la lumière des Nations.

Source des noms cités: Roger Faligot et Rémi Kaufer, Le croissant et la croix gammée ou les secrets de l’alliance entre l’Islam et le nazisme d’Hitler à nos jours, éd Albin Michel, 1990

© Par Gilles Falavigna

En savoir plus sur http://www.jforum.fr/montmagny-eteindre-la-lumiere-des-nations.html#8hT4TBHoHAMvdVlK.99

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *