Archives pour la catégorie Politique française

Desinfolab : lire Jforum sera-t-il bientôt dangereux ?

Une affaire au sein de l’affaire Benalla qui pourrait être plus scandaleuse que l’affaire de base et dont les conséquences pourraient ouvrir sur l’effroyable.
Mon article sur Jforum:

Par Gilles Falavigna

L’affaire Benalla sera-t-elle fatale à la République ?

A contrario, permettra-t-elle la mutation de la République en une dictature, certes molle mais définitive ?

Il n’y a pas de trilemme. La troisième option, qui est, à l’instar du Président Macron, de considérer que l’affaire est une tempête dans un verre d’eau, est un symptôme du  second choix.

Vous qui lisez ces lignes, si vous n’êtes pas encore en danger de l’avoir fait, il est possible que vous le serez à terme.

Si le Président Macron se permet de parler d’une tempête dans un verre d’eau, nous pouvons évoquer l’expérience de Galvani et sa grenouille baignant dans une eau portée doucement à ébullition. La grenouille se laisse cuire.

L’affaire Benalla ne sera pas fatale à la République car nous sommes cette grenouille déjà endormie dans le bain qui se prétend « En Marche ».

Il n’y aura pas de révolte. Les révolutions sont toujours l’œuvre de minorités actives, à l’opposé des majorités silencieuses. Ces dernières sont des chapes de plomb. Elles ne se retournent pas.

Par définition, une majorité silencieuse a vocation à être silencieuse et ce sont toujours les minorités agissantes qui font l’Histoire. Mais les lois de la sociologie établissent, depuis Adam Przeworski, qu’à partir du seuil de 38000 dollars de PIB/habitant, une société “démocratique” est irréversible. Les minorités agissantes deviennent marginales, négligeables statistiquement à élaguer. C’est ainsi que les Terroristes sont appelés déséquilibrés.

Le Terrorisme est un mode de combat comme un autre. Il a ses règles. La première est que l’objectif du Terrorisme est de provoquer une réaction pour élever l’intensité conflictuelle. A partir d’un revenu global de la société de 38000 dollars, il n’y a pas de réaction et pas d’élévation d’intensité. Quelques articles récents sur la mystification de l’expérience de Stanford viennent appuyer ce constat.

La société occidentale est une domestication des individus qui la composent. Konrad Lorenz, le seul comportementaliste ayant reçu un Prix Nobel expliquait que la domestication (qui pourrait correspondre à la formule de De Gaulle s’exclamant que les Français sont des veaux) compense la perte d’énergie par la croissance de toutes les tares, déviances sexuelles, obésité, fainéantise, etc… C’est biologique. Le principe de gratification qui coordonne ce “vouloir” est régi par l’hypothalamus médian.

Une oie gavée atteint le nirvana. Elle meurt malade mais heureuse.

Ce n’est donc pas que la Démocratie soit le moins pire des systèmes ou, a contrario qu’elle n’est pas moins une dictature. Ce n’est qu’une question de seuil de gratification socio-psychologique. La Démocratie est une société dont les membres, petit à petit, ne réagissent plus. Ils ne le peuvent physiologiquement pas.

Concrètement, de quoi parlons-nous ?

La CNIL vient de se saisir de l’affaire Disinfolab.

Cette ONG prétend chasser la désinformation. Il était ici question de l’activité numérique autour de l’affaire Benalla et des éventuelles sympathies politiques des membres du réseau social qui parlaient des révélations concernant le collaborateur et ami du Président.

Ne pas prendre le parti de Benalla, c’est être russophile, selon Disinfolab. La Russie est le grand Satan. De là, nous savons que Satan est un monstre à tête multiple pourrions-nous plaisanter, si l’information pouvait prêter à sourire. Mais comme souvent, le Judaïsme offre une réponse de vérité car étymologiquement, en hébreu, le Satan est ce qui vient s’opposer, ce qui offre une résistance. Tout naturellement, l’opposant au régime devient un Satan.

Tout est dès lors permis puisque ces études ne sont pas théoriquement autorisées quand elles se déterminent en fonction d’une soi-disant appartenance politique. La loi l’interdit. Mais l’affaire Benalla ne fait que mettre en évidence ces transgressions à la loi.

DisinfoLab avait accompagné la publication de son étude de deux documents : une liste des quelque 55.000 comptes Twitter qui auraient le plus écrit de messages sur l’affaire Benalla et une autre reprenant les 3.900 comptes les plus actifs et classés en fonction du nombre de “désinformations” qu’ils auraient propagés. Ce recensement a permis au site belge de classifier les internautes en fonction de leur proximité politique :

La “classe 1” regroupe les membres du parti Les Républicains.

La “classe 2″ la communauté du Rassemblement national” (ex-FN).

La “classe 3” regroupe celle de la France insoumise et enfin la “classe 4” pour les “médias et LREM”.

La diffusion de ces listes accolait à chaque compte Twitter la “classe” de proximité politique, en plus de leurs éventuels liens avec des comptes russophiles.  Non seulement, les réactions des citoyens sont identifiées comme étant  le résultat d’une opinion politique particulière, mais évaluée être proche de sympathie pour l’étranger. Le déterminant politique devient l’identité.

DisinfoLab a récusé toute accusation de fichage, en expliquant que leur méthodologie consiste à exporter des données publiques de conversation et de les analyser.

DisinfoLab avait, dans une publication précédente, émis l’hypothèse de l’ingérence de comptes “russophiles” dans l’affaire Benalla, dont certains auraient pu être des robots. Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, avaient alors appelé à ce que “toute la transparence soit faite sur la diffusion de ce type de message”.

Menée du 19 juillet au 3 août, l’enquête souligne tout de même que “plus de 4,5 millions de tweets en français ont été échangés” sur l’affaire Benalla, un volume qualifié d’exceptionnel car trois fois supérieur au mouvement “Balance ton porc”.

Bref, quand une affaire est officiellement une tempête dans un verre d’eau, ce n’est pas que les Français sont scandalisés par cette affaire, mais qu’il y a complot.

Le postulat est simple : que les gens réagissent à l’affaire Benalla signifie, pour eux, que cette réaction ne peut être produite que par des robots ou donc des marginaux, ces déséquilibrés qu’il conviendra de surveiller car ils peuvent être violents et dangereux. La logique veut que les opposants se marginalisent dans notre société, le meilleur des mondes.

Restons sur la forme. L’ONG explique sommairement sa méthodologie. Elle a utilisé un algorithme de clustering. Pour parler français, il s’agit d’un partitionnement des données. On divise les données en sous-ensembles qui partagent des caractéristiques communes. L’analyse utilise des critères de proximité qui vont former une distance avec les autres sous-ensembles.

Il existe différents algorithmes. Mais à la base, différencier en fonction d’une soi-disant information fausse, c’est postuler quelle information est fausse ou vraie. L’ironie est de produire, également ici, un algorithme amplificateur. Cette amplification peut se résumer à exprimer que tous les opposants sont des traîtres. Comme toujours, quand le préjugé est fort, une étude ne trouve pas autre chose que ce qui était recherché pour confirmation. Les yeux ne voient que ce qu’ils étaient préparés à voir, disait Leroi-Gourhan.

Il ne faut pas se leurrer. Cette ONG s’est autoproclamée chasseresse de fake news à l’instar du journal Le Monde qui décerne les bons points de la validité d’une information.

Pour lui-même, le site Decodex, du Monde, n’hésite pas à s’auto-gratifier d’un : « N’hésitez pas à confirmer l’information… » En somme, à la fois partie civile, flic et juge. Il ne lui restera plus qu’à l’exécuter.

N’est-ce pas tout le contraire de la séparation des pouvoirs dans une démocratie ?

Pour les traîtres, il est connu que 4 murs, c’est trois de trop ! Peut-on imaginer une nouvelle Shoah ? Il faut, pour qu’elle se réalise, la conjonction de deux vecteurs : celui de l’opérationnel et celui du fonctionnel. L’opérationnel est celui des basses œuvres. Le fonctionnel est celui de la structure pratique qui l’autorise. Dans l’Europe des années 30, peu imaginaient la consistance de l’antisémitisme. Dans les années 30, peu imaginaient qu’un Etat puisse être dépourvu d’âme au point de transformer l’antisémitisme en Solution finale. Dans les années 30, qui aurait pu imaginer que le monde entier laisse faire ?

Aujourd’hui, qui semble admettre la nature profonde de l’antisémitisme en dehors des Juifs qui la vivent ? Qui peut imaginer qu’une nouvelle Shoah puisse être conçue ? L’étude Disinfolab nous informe que le concept est envisagé puisque chaque citoyen portera son étoile jaune. Aujourd’hui, nous ne pouvons ignorer que le monde entier laissera faire.

Alexandre ou Lahcene Benalla, quel est son vrai nom ?

Par Gilles Falavigna

 

Ce 30 juillet 2018, le journal Causeur, veut tempérer l’affaire Benalla.  L’homme du Président, selon le titre de l’article d’Elisabeth Lévy, correspondrait plus à une affaire de fait divers qu’à une affaire d’Etat.

Alexandre Benalla, selon l’expression d’Elisabeth Lévy est un brave gars. Un qualificatif peut-il davantage porter un jugement de valeur que celui de « brave gars » ? Encore faut-il savoir, de manière factuelle, à quoi correspond cette bravoure.

Pour ce qui est du préjugé et du message qu’il veut faire passer, « l’Homme du Président » est un film dans lequel Chuck Norris passe le relai de la haute fonction de protection de la société américaine, sous la seule autorité du Président, à un militaire emprisonné pour des faits que la loi réprouve mais moralement des plus justifiés. C’est un thème récurrent du cinéma de série B américain qui flatte le populisme.  Bref, l’homme du Président n’est pas seulement un brave gars. C’est un vrai brave. Et Benalla serait un héros.

Lorsqu’Elisabeth Lévy se déplace en train, elle aimerait qu’Alexandre Benalla soit du voyage. Elle se sentirait plus en sécurité. Finalement, si l’affaire Benalla n’est pas une affaire d’Etat, est-ce seulement un fait-divers ? Cette affaire ne témoignerait pas d’une France, République bananière. Les passe-droits sont oubliés. Mais à bord du train de 15h17 pour Paris, Spencer Stone, un des héros du Thalis, n’est pas intervenu sous protection policière contrairement à Benalla le 1er mai.

Elisabeth Lévy se sent en sécurité avec Benalla. Faire le procès de Benalla risquerait d’opposer la Nation à sa Police, selon elle. Défendre Benalla devient une raison d’Etat.

J’aime beaucoup Elisabeth Lévy. Mais là, quelque chose me gêne.  Nous sommes dans le jugement de Valeur et l’arbitraire. Depuis le roi Salomon, la Justice ne doit pas connaître le gris. C’est Noir ou Blanc, Innocent ou Coupable. Je ne me sentirais pas en sécurité si celle-ci dépendait du Lieutenant-colonel Benalla. Bien que son grade soit légitime, sur quel mérite repose-t-il ?

Le parcours du Lieutenant-colonel Alexandre Benalla est à l’opposé de celui du Lieutenant-colonel Arnaud Beltrame. Il est, par contre, très proche de celui du Lieutenant-colonel Vincent Placé.

Nous avons, d’un côté, un homme qui se sacrifie pour la communauté. Nous avons, de l’autre côté, des individus  dont le parcours est foncièrement tourné vers leur personne dans une démarche strictement individualiste. Le Lieutenant-colonel Vincent Placé est un délinquant récidiviste, épinglé pour ne pas payer ses contraventions puis pour Racisme sous l’emprise de l’alcool.

Tous trois sont Lieutenant-colonel. La France est une république bananière. C’est le nœud gordien de l’affaire Benalla.

Elisabeth Lévy vante le parcours et la personnalité de Benalla. Il n’est pas un technocrate. Elisabeth Lévy parle d’un homme sur qui on peut compter : un homme de confiance. Le parcours de Benalla va de Martine Aubry à Emmanuel Macron. Ce parcours témoigne de la volonté et de l’audace de l’individu pour réussir. Où est le mérite ? La confiance se mérite. La confiance est une foi commune. Martine Aubry n’est pas réputée être l’amie d’Emmanuel Macron. Le salarié qui postule chez un concurrent direct serait-il qualifié de fidèle par son employeur ? Les mots ont un sens et mal nommer les choses contribue au malheur du monde.

Les choses complexes sont foncièrement des choses simples. Elles n’ont pas à être maquillées. Il y a les braves d’un côté et les racailles sont de l’autre côté. C’est pourquoi il faut bien nommer les choses.

Pourquoi Benalla est-il appelé Alexandre ? Je n’ai strictement jamais rencontré ou entendu parler d’un Arabe prénommé Alexandre. Si le prénom de Benalla est réellement Alexandre, il témoigne d’un terreau  d’intégration exemplaire. Nous ne serions plus dans le préjugé, paradoxalement, mais dans le fait. Tout comme dire qu’on ne fait pas de commentaire est un commentaire appuyé, pourquoi rien ne vient-il corroborer l’information ? Les présentations à décharge de l’affaire veulent qu’il y ait erreur et non pas faute. L’évaluation est impossible. Jamais il n’est évoqué l’intégration d’un jeune Marocain par son nom qui est son identité, sa nature. Ce serait pourtant la démonstration factuelle d’une personne prête au dévouement à la collectivité française. Un petit arabe prénommé Alexandre et qui grandit dans les cités ne peut être que forgé dans la bravoure.

Ou bien nous sommes dans le travestissement du Lieutenant-colonel Lahcene Benahlia et nous naviguons dans l’univers glauque de la racaille qui cherche sa gratification de l’individualisme dans un univers qui honore la « bravitude » pour rester dans le vocabulaire de l’univers Benalla, celui du Parti Socialiste.

Bien nommer les choses est pourtant simple et si des choses vont sans dire, elles vont encore mieux en les disant.

Du haut de cette pyramide, 60 années vous contemplent !

Dernier volet sur la pyramide européenne. Mon analyse, sur Jforum, des soubresauts d’une Europe au bord de l’implosion:

Image : l’enfant-Roi Macron, symbolisé par le Sphinx espère tutoyer l’éternité, s’il parvient à sauver la pyramide Europe des premiers symptômes de l’écroulement…

 

Du haut de cette pyramide, 60 années vous contemplent !

Par Gilles Falavigna

Si le Traité de Rome date de 1957, l’Europe que rejettent massivement les peuples européens  date du traité de Lisbonne en 2009. Ne se sont écoulés finalement que 10 ans.

Jusque-là, la structure politico-économique semblait sous contrôle. Le Politique et l’Economique paraissaient scindés. Nous étions encore sous la Communauté Economique Européenne. Puis vint cette proposition de Constitution. Par référendum, les Français et les Néerlandais dirent NON. Néanmoins, les outils que proposait cette Constitution sont intégralement ratifiés par le Traité de Lisbonne.

L’Union Européenne est un système unique au monde. Fondamentalement, son fonctionnement est d’ordre technocratique. Ses compétences sont déléguées à des commissions qui n’ont pas de représentativité électorale. Cette Europe n’a pas vocation à appliquer la Démocratie. Elle est pensée pour durer mille ans et plus, à l’instar de la seule des 7 Merveilles du monde encore debout : la Pyramide de Khéops. Elle n’a donc aucune intention de donner la parole aux peuples et le Traité de Lisbonne en témoigne.

Comme nous l’indiquions lors des précédents volets sur cette « pyramide », la Réunion du Conseil de l’Europe a été préparée par le Sommet franco-allemand au mois de juin. Les deux thèmes abordés étaient la crise migratoire et le budget pour gérer le budget.

Le sujet de l’immigration est régi en façade par l’intention de créer des « centres de tri de Migrants» au Maghreb. Quant à la question du budget, question absconse, Mark Rutte, Premier Ministre néerlandais, explique qu’il ne comprend même pas ce que cela signifie.

Malgré la tempête, cette Europe maintient son cap. Bien sûr, il y a un certain pragmatisme à vouloir que les centres de tri de Migrants soient sur le sol africain. Mais il ne faut pas sous-estimer le rôle du « dialogue 5+5 », cette organisation en charge des relations entre l’Europe et l’Afrique. Nous avons d’un côté, 5 pays méditerranéens d’Europe et de l’autre côté les 5 pays méditerranéens qui font partie de l’Union du Maghreb Arabe.

Il se profile un arrimage d’un Maghreb global à un ensemble européen. Le Maghreb est économiquement dépendant de l’Europe. Il y exporte les deux tiers de sa production alors que le Maghreb représente 8% des exportations européennes. Cette fixation, partielle, sélective et foncièrement inégalitaire, se manifeste par l’émergence de nouveaux territoires productifs transnationaux liés aux délocalisations d’entreprises européennes, aux zones franches et aux restructurations industrielles consécutives aux démantèlements douaniers, comme au Maroc et surtout en Tunisie, ou aux concessions pétrolières et minières, à rebours des nationalisations des années 1970, comme en Algérie et en Libye.

Ce rattachement de fait se manifeste aussi par le développement d’une agriculture d’exportation renforçant le déficit alimentaire et le surcoût de l’exploitation d’une eau rare. Le développement massif du tourisme, avec des emprises foncières considérables, est une des formes privilégiées de cet arrimage. Il se traduit par une ségrégation socio-spatiale, un remodelage des paysages, un embourgeoisement des cœurs de ville et une patrimonialisation et des reconstructions identitaires normées par la demande touristique. Cet arrimage a aussi pour conséquence un remodelage des métropoles, avec la requalification des centres orientés vers l’attraction des grandes sociétés internationales et l’émergence d’espaces de spécialisation exclusivement tournés vers l’international.

Cette mutation organique de la société arabe maghrébine est un premier élément de perte d’identité.

Mais surtout, les pays du Maghreb sont des pays d’émigration. Sur une fonction globalement de transit, ils deviennent des pays d’immigration. Le problème de l’Union européenne a été exporté en Afrique du Nord qui, de manière factuelle, fait déjà partie de cette Union. Et qu’importe ce que peuvent en penser les citoyens des pays d’Europe. Qui va leur demander leur avis ?

C’est ainsi que positionner les centres de tri de Migrants au Maghreb n’établit pas un cordon sanitaire entre l’Afrique et l’Europe mais parachève l’intégration du  Maghreb à l’Europe. Pourquoi les pays de l’Union du Maghreb Arabe accepteront-ils ? Parce que pour la première fois, ils seront en position de force face à l’Europe en prenant en charge son problème majeur. Ils y perdront leur identité et seront formatés pour intégrer l’Union Européenne. Par ailleurs, l’Islam conquérant en sera renforcé. C’est également une raison pour que l’Union du Maghreb Arabe valide cette option.

Le journal Les Echos invite à réfléchir à l’après-Europe dans l’optique de faire prendre conscience qu’elle peut s’effondrer et ainsi cette réflexion permettrait de faire face à ce qui lui semble être une catastrophe. Le quotidien économique considère que le problème des Migrants concrétise un bouc-émissaire. En bon européaniste, le journal économique énonce le désastre que serait la fin de cette Europe, à savoir la perte de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la paix, dixit ! A aucun moment, l’idée que cette Europe a provoqué les pires catastrophes, du Moyen-Orient à la Libye, ne viendra effleurer leur esprit détenteur de toute vérité.

La Pyramide, quelle merveille ! On croit rêver !

Sommet de l’Europe : la pyramide à l’endroit

Troisième volet de cet épisode du sommet européen de ce 29 juin 2018 sur la question des Migrants et le commencement de preuve, non seulement de la volonté de faire migrer ces populations mais également de l’élargissement de l’Union Européenne à l’Afrique du Nord.Mon article sur Jforum:

Sommet de l’Europe : la pyramide à l’endroit

 

Bureaucratie européenne contre Europe des Nations

Gilles Falavigna

La différence entre un optimiste et un pessimiste, disait Jean Giono, est que le second est souvent mieux informé que le premier.

La formule est loin d’être fausse. Mais la vérité, comme toujours, est également ailleurs. Bref, je suis un optimiste. Nous élisons des représentants et oublions qu’ils ne nous représenteront pas. Nous évaluons un contexte favorable pour nous dire que c’est le bon moment et le bon endroit pour bouger les lignes. Serait-ce sur ce point que nous ne serions pas assez informés ? Y aura-t-il convergence des deux ?

Le Conseil de l’Europe était réuni ces jeudi 28 et vendredi 29 juin à Bruxelles pour décider d’une politique migratoire claire sur fond d’opposition entre la politique bureaucratique et la politique des Nations. Pour la première fois, la machine européenne trouvait face à elle une force soi-disant déterminée. L’Autriche, la Pologne, l’Italie, la République Tchèque, la Hongrie, la Slovaquie avaient choisi de prendre en charge leur destin pendant que la Grande Bretagne se serait déjà chargée le sien.

L’Union Européenne décide de prendre en charge le dossier des Migrants ou l’Union Européenne aura vécu.

Mais depuis 1938, les conférences produisent des petits Munich. Il y a désormais toujours cet indécrottable satisfecit des petits matins qui prolongent des nuits d’ennui.

Ce vendredi à 4h30, Donald Tusk, Président du Conseil européen  est sur tweeter : « EU28 leaders have agreed on #euco conclusions incl. Migration ». whaou, le monde peut respirer !

« C’est l’Europe qui l’a emporté ! » se félicite le Président Macron.

Les dirigeants réaffirment leur engagement à mener une politique européenne pour gérer les flux migratoires. A priori, gérer, ils savent faire. Ce doit être pour ça qu’ils sont contents.

Les « Européens » ont accepté la possibilité de créer des plateformes de débarquement des Migrants sous le contrôle du Haut Commissariat aux Réfugiés, autorité de l’ONU, donc. De là, nous apprenons que l’Union Européenne a autorité sur l’ONU.

Au passage, nous pouvons également noter qu’aucun pays européen ne s’est porté volontaire pour accueillir ces plateformes de débarquement.  Elles seront donc sur le sol d’un pays tiers, certainement en Afrique du Nord. De là, nous apprenons que l’Union Européenne a autorité sur le Maghreb, au minimum. Il est probable que ces pays apprennent cette décision comme nous, au petit matin.

L’autodétermination des Nations est une plaisanterie.

C’est là que nous pouvons revenir à l’intention de partenariat Euro-méditerranéen qui implique de rendre possible une politique d’intégration économique et sociale en Méditerranée. C’est le processus de normativité de Barcelone initié en 1995.

Cette perception de la déclaration de non-discrimination, qui appelle les Africains à venir en Europe, exprime également la volonté « d’européaniser » la Méditerranée, impliquant de faire des États du Maghreb la frontière de l’Union européenne, comme ce fut le cas pour l’extrême Est de l’Europe, frontière avec l’Asie.

Du point de vue normatif, cette phase sera marquée par une sorte de tentation d’uniformisation législative et réglementaire en matière de droit des étrangers dans tout le bassin occidental méditerranéen.

Dans l’ouvrage « Géopolitique de la conspiration contre les peuples », je mets en évidence ce processus d’utilisation des Migrants non seulement pour des questions de développement démographique de l’Europe, mais également pour élargir l’Union à l’Afrique du Nord et que le Sahara soit la frontière naturelle de l’Europe. C’est donc à une double victoire de cette Europe des technocrates que nous venons d’assister à Bruxelles.

Les travaux préparatoires du Conseil de l’Europe s’apprêtaient à renverser la pyramide européenne. Tout est remis à l’endroit et nous pouvons replonger la tête vers le sol, refermer nos épaules et reprendre une posture de soumission. La technocratie l’a emporté et rien ne changera. Des plateformes de débarquement ? En quoi la détermination des Migrants, des gens qui risquent leur vie de la manière la plus concrète serait-elle enrayée ? Comment rester optimiste ?

Mamoudou, Joffrin, le Beur et l’argent du Beurre

Le Beur et l’argent du beurre

 

Par Gilles FALAVIGNA

Laurent Joffrin, directeur de Libération et de son vrai nom Laurent Mouchard, dénonce les théories du complot.

Laurent Joffrin répondait à André Bercoff sur ses interrogations suscitées par l’affaire Mamoudou Gassama.

Selon lui, le complotisme correspondrait à une attitude populiste. Celle de mettre en cause une position officielle sans pouvoir démontrer qu’elle est fausse.

Fondamentalement, cette définition est intellectuellement malhonnête. La logique veut que la charge de la preuve appartienne à l’accusation. Le principe judiciaire est basé sur l’impossibilité de prouver que quelque chose n’existe pas.

Effectivement, on ne doit nier un événement qu’à l’appui de preuves. Mais encore faut-il que l’événement soit reconnu et admis, jusqu’à preuve du contraire au sens le plus littéral.

Si ce dernier point est le nœud gordien du sujet de tromperie, la malhonnêteté intellectuelle de Joffrin est à plusieurs niveaux.

La raison de cette malhonnêteté réside dans l’intention qui dépasse le cadre de l’affaire Mamoudou Gassama. Son intention porte sur le cadre sociétal de La France d’aujourd’hui.

Pour analyser profondément ce sujet, nous devons établir trois parallèles, trois cercles.

Quelle est la limite entre l’information et la propagande ? C’est une des questions que pose l’affaire Mamoudou Gassama.

C’est tout le débat sur la loi Gayssot qui s’ouvre. En fait, il n’a jamais été fermé. La raison est simple : la loi contrevient à la logique en confondant la fin et les moyens. La loi établit la réalité mémorielle et pour être clair, celle de la Shoah, et interdit le Négationnisme.

Le principe fondateur est celui de la chose jugée. Le procès de Nuremberg s’est déroulé et les crimes avoués puis confirmés, par exemple, lors du procès Eichmann.

Le problème est dans l’introduction du principe d’intention. Ainsi, au titre de la loi Gayssot, Eric Zemmour avait été condamné pour avoir affirmé que les prisons françaises étaient majoritairement peuplées de Noirs et d’Arabes. Il n’a pas été condamné pour les faits. Il a été condamné pour une supposée intention raciste. Il n’y a pas de réalité mémorielle. Il y a la mise en avant d’un préjugé.

Finalement, Eric Zemmour a été condamné pour ce qu’il est ou supposé être et non pas pour un acte. N’est-ce pas un comble pour une loi qui prétend lutter contre le Racisme ?

Le malentendu, pour cette affaire de petit enfant sauvé, est que Laurent Joffrin ne peut mettre en doute l’événement Mamoudou Gassama. Mais il n’y a pas eu la chose jugée. Quelle est l’autorité qui a jugé ? Dans le cas du Négationnisme, il y a refus de la chose jugée. Et nous revenons sur la condamnation pour intention. Ici, Bercoff est accusé d’une intention cachée.

La loi Gayssot crée la confusion. L’affaire Mamoudou Gassama n’est que confusion dans ce rapport entre Bercoff et Joffrin.

Le deuxième parallèle est encore plus révélateur du caractère propagandiste du Politiquement Correct au pouvoir. Il démontre comment l’hypocrisie est falsificatrice. Elle est le fruit d’un sentiment de supériorité, cette supériorité qui ose s’arroger le droit de définir qui détient la bonne information et qui, également et tout autant que d’autres, diffuse des « fake news ».

En parallèle ou sur un deuxième cercle donc, les statistiques ethniques sont interdites en France.

Mais elles sont utilisées par ceux qui justifient leur interdiction.

Officiellement, on ne sait rien des comportements raciaux puisque les données sont interdites. Mais le Politiquement Correct œuvre dans un sens qui se dispense des réalités.

Ainsi, on peut demander aux victimes de discrimination si elles l’imputent à leur couleur de peau. Les enquêtes d’opinion sont construites sur ce questionnaire.

La réciproque, par contre, est interdite. On ne peut pas savoir si les personnes Noires subissent des discriminations.

Le résultat, faute de données scientifiques, met en avant un ressenti et utilise celui-ci. Le préjugé va agir en algorithme amplificateur.

Les crimes et délits sont répertoriés en France et les enquêtes d’opinion permettent d’établir un sentiment d’insécurité gradué. Le rapport entre la réalité et le sentiment de cette réalité est parfaitement mesuré.

A contrario, la gestion des statistiques ethniques équivaut à dire que si 25% des accidents de la route concernent des jeunes de moins de 25 ans, 25% des jeunes de moins de 25 ans ont un accident de voiture. En premier lieu, la majorité de ces jeunes n’ont pas de voiture. En second lieu, la récurrence, ou la récidive pour des sujets plus criminels, est un facteur important. Ce ne sont, peut-être, que 5% des jeunes qui ont eu un accident.

Il y a un tabou pour la question ethnique. Dans le cas de l’affaire Mamoudou Gassama, Laurent Joffrin brandit le tabou et développe un argumentaire émotif lié au complotisme, et un argumentaire construit sur des valeurs fausses comme les ingrédients du discours antiraciste mal maîtrisé. Le tabou est de l’ordre du roman. Il est présenté en lieu et place du fait réel, en mélangeant toute chose, grand amalgame, et en prescrivant de manière incantatoire de ne pas faire d’amalgame.

Un troisième parallèle ou cercle est la prolongation de la primauté du préjugé sur le fait, qui aboutit à la primauté du matérialisme dialectique : « ce qui est dit importe moins que qui le dit ». On sort du sujet.

Lors du vote de la loi Gayssot, de nombreux intellectuels, jusqu’à Noam Chomski ou Elisabeth Badinter, se sont émus des conséquences de cette loi et lançaient un appel à son abrogation. Parmi les pétitionnaires, pour d’autres raisons, les Négationnistes Faurisson, Soral, Dieudonné, apposaient, ravis, leur signature à l’appel.

Yann Moix avait également signé la pétition. Quand il s’aperçut que des Négationnistes avaient répondu favorablement, comme lui, à l’appel, il se retira. Au final, ses actes ne sont pas le fruit de ses opinions mais déterminés par celles de ses adversaires.

Sur ce principe, en quoi sont-ils adversaires ? « L’ennemi est bête, il croit que c’est nous l’ennemi », disait Pierre Desproges.

Ou bien : Adolf Hitler aimait la bière ? La bière est mauvaise et je ne bois plus de bière ! Je finis par être opposé à Adolf Hitler à cause de la bière. Cet exemple par l’absurde démontre comment l’irrationnel peut prendre la place de la Raison. Le cas d’école dévoile qu’il suffira de démontrer que la bière n’est pas si mauvaise pour faire accepter le Nazisme. Dans l’affaire Mamoudou Gassama, il y a un leurre de même fonction.

Yann Moix va très loin sur l’affaire Mamoudou Gassama. La pensée est formatée par l’absolutisme. La nuance n’existe pas. Cette pensée prône la Tolérance et son mode de fonctionnement est l’intolérance. Elle réfute le droit à poser des questions. La réponse doit être absolue et elle donne la réponse. Il ne peut pas y avoir d’autres réponses parce que celle-ci est donnée en absolu.

Qu’avait-on besoin de dire que le bébé était tombé d’un étage supérieur ? Contrevenant ainsi aux lois de la physique puisqu’un enfant de 4 ans ne peut pas, de plus, se rattraper du bout des doigts quand sa masse en déplacement dépasse les 120 kg, voudrait-on évaluer jusqu’où on peut aller dans la mystification ?

La pensée correcte, dominante, est absolutiste. Elle est le Bien contre le Mal et ne connait pas la nuance. Pour Yann Moix, la naturalisation de Mamoudou Gassama « relève de la pornographie ». Il n’est pas héros pour avoir sauvé un bébé. Il est un héros pour être venu en France. De là se construit tout un narratif romantique du Migrant. Il y aurait matière à écrire une chanson pour représenter la France à l’Eurovision. Pour Yann Moix, tous les Migrants sont des héros et doivent être naturalisés.

Si nous évoluons dans l’émotion, cet environnement émotif est celui du roman, du préjugé, du fantasme. Le fait n’a plus d’importance. Le fait pour lequel André Bercoff se questionnait n’est pas le problème. Tout n’est plus que confusion au-delà de l’absurde.

Pour autant, Yann Moix nous révèle l’intention de Joffrin : avoir le Beur et l’argent du beurre.

Ces 1,5 million de Juifs oubliés de la Résistance

, Jforum

Le poète Abba Kovner, témoin au procès d’Eichman et forgeron de la maxime “Ils ne nous mèneront pas comme des moutons à l’abattoir”, dans le ghetto de Vilnius, où s’est dressée l’Organisation Unifiée des Partisans ou Fareynikte Partizaner Organizatsye, en yiddish. Après guerre, des survivants de ce groupe, des anciens des camps d’extermination et de la Brigade Juive de Palestine, dans l’armée britannique, ont formé le groupe des : Nokmim ou the Avengers [les Vengeurs]. On connaît aussi ce groupe sous le nom de Nakam, leur slogan étant : “Dam Yehudi Nakam – Le Sang Juif sera Vengé”. On compte plusieurs dizaines “d’accidents de voiture”, de cadavres au bord des routes, etc. du fait de la perpétuation de leurs sentences, durant l’immédiat après-guerre. Ils ont été immortalisé à l’écran, dans le film : Inglorious Basterds.

Kovner est au milieu du groupe

Leurs représentants à l’écran

A quoi sert la journée de la Résistance ?

Par Gilles FALAVIGNA

La journée de la Résistance est célébrée le 27 mai.

A quoi sert cette journée ? La question est posée et bien posée. Il s’agit d’une célébration et non d’une commémoration. Il y a les mots et puis il y a le sens des mots. On célèbre un phénomène dont on n’est pas acteur, mais spectateur. Accessoirement, la célébration correspond à élever une louange, étymologiquement. Il y a un côté festif. Une commémoration se rapporte au souvenir d’un vécu. Elle se rapporte aux acteurs.

Pas de chance pour cette année, la fête était en concurrence directe avec la Fête des Mères, le 27 mai.

A quoi sert cette journée ? La réponse officielle est que cette journée est l’occasion de réfléchir sur les valeurs portées par la Résistance : le courage, la défense de la République, le souci de justice, de solidarité, de tolérance.

Bref, la Résistance serait un prétexte pour célébrer des valeurs abstraites.

Dans le monde réel, dans le concret de ce que les gens ont vécu, la Résistance n’était pas cela. On Résiste à quelque chose, à quelqu’un. Il y a une différence entre le souci de Justice, de Solidarité ou de Tolérance et le souci de survivre. Il n’y a aucune tolérance dans l’acte de résister.

Dans le monde réel, la Résistance s’opposait au Nazisme. Dans le monde réel, la Résistance s’opposait à l’envahisseur. Il avait un visage.

Célébrer la Résistance pour réfléchir à la Solidarité et à la Tolérance n’est pas seulement insulter les Résistants, c’est effacer le visage de l’ennemi.

Lorsque le visage de l’ennemi est effacé, il est très simple, ensuite, de pratiquer une inversion entre les opprimés et les oppresseurs.  David devient le Philistin et Goliath est le Juif. Quand on célèbre au lieu de commémorer, il n’y a plus de mémoire. Il n’y a plus d’identité.

Notre époque est corrompue. Les mots sont corrompus. Le mensonge prévaut parce que le sens des événements est corrompu, falsifié.

Cette semaine, j’ai été surpris d’une question qui me fut posée : « Y avait-il des Juifs dans la Résistance ? »

Au premier abord, la question peut sembler étrange. Mais à y regarder de près, elle n’est pas si étrange.

Dans l’imaginaire collectif, on aime le Juif quand il est en pyjama rayé. Il est associé à la victime. Et si le Juif était envoyé dans les camps d’extermination, c’est parce qu’il ne se révoltait pas. La révolte du Ghetto de Varsovie semble une exception.

Depuis 70 ans, où les Juifs sont-ils associés à la Résistance ? Le film « Nuit et brouillard » ne cite que trois fois le mot Juif. Il n’y est absolument pas question de la Shoah. Le film présente les camps de concentration et non pas d’extermination. La liste est longue et il n’y a pas de contre-exemple pendant trente ans.

Ce jour de 27 mai est l’occasion de rétablir une partie de la vérité: les Juifs résistaient !

La quasi totalité de la population juive de France était en Résistance, soit armée, soit de sauvetage. Parmi les groupes de résistance les plus connus, le groupe Manouchian, pratiquement composé que de Juifs.

Les plus grands héros de « l’armée des ombres » qui sont morts glorieusement au combat sont Juifs. Joseph Epstein, un des fondateurs des FTP, sous le nom de commandant Gilles. Joseph Clisci, le héros de Clichy, qui affronta des dizaines de SS, les tuant presque tous et garda sa dernière balle pour se suicider.

Les Juifs n’étaient pas ces moutons conduits à l’abattoir ni des parasites qui attendaient qu’on se batte pour eux.

Ces 1,5 million de combattants sont à mettre en relief, comparés aux 250 000 résistants français qui ont permis à la France d’obtenir un siège au conseil permanent de sécurité de l’ONU, de faire partie du camp des vainqueurs et, incidemment, de surmonter les heures sombres de la collaboration pendant au moins 55 ans d’Omerta.

L’Histoire doit servir à comprendre l’actualité. En ces temps qui manient la falsification, il est important de rester sur les fondamentaux.

Par Gilles FALAVIGNA

Pourquoi être sioniste ?

Mon article sur EuroLibertés:

Être sioniste, est-ce se déterminer en fonction des Juifs quand on n’est pas Juif ? Il se trouve que la question juive, qui ne concerne qu’un des plus petits peuples au monde, est au centre de toutes les attentions.

Plan de partition de la Palestine en 1947.

Plan de partition de la Palestine en 1947.

Un des plus petits pays au monde fait l’objet de la Une quotidienne de tous les médias. Cette préoccupation mobilise nos sociétés depuis toujours. Peut-être est-ce ce paramètre qu’il convient de regarder.

Le judaïsme date de 4 000 ans. Il y a sur ce point un premier malentendu car le judaïsme n’est pas une religion. Le judaïsme est une identité.

La Bible rapporte que durant des siècles, Dieu s’adressa à Abraham et à ses descendants avec un unique message : Je vous donnerai une terre et vous serez une nation.

À aucun moment, durant les siècles qui séparent la genèse du peuple juif, de son entrée sur la terre qui lui avait été donnée par un pacte, il n’est question de religion. Il ne s’agit que d’une terre et d’une nation. Lors, à aucun moment, une loi divine n’établit ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire.

Ce n’est donc qu’à l’instant d’entrer sur cette terre que la loi, la Torah, est donnée. Elle n’est pas donnée à des individus. Elle aurait, sinon, été donnée depuis longtemps puisque la Bible indique que les Patriarches ont été les plus méritants des hommes. Elle n’est pas plus donnée aux tribus alors que leurs chefs portent tous les attributs constituants de la Torah, Joseph et Juda en tête.

La Torah est donnée à un peuple qui devient une nation, c’est la Loi guidant la nation. La question est des plus actuelles car l’individu juif, par le sionisme, n’est véritablement juif que lorsqu’il est sur sa terre. Il s’appelle, alors, Israël. Le juif qui est en exil, qui n’est pas sur sa terre, est vidé de son essence.

Le judaïsme n’est pas une religion. Le judaïsme est une identité. La religion, ce qui relie les membres d’une nation, étymologiquement et les mots ont un sens, vient la conforter. Tout le sens de la Torah est de justifier le principe fondamental que nous venons de voir, de manière rituelle, c’est-à-dire principalement symbolique, et de manière explicative. Ainsi, le juif, Jacob, devient Israël, la nation, quand l’ange, émanation de l’Occident dans le Judaïsme, le bénit. Le texte précise qu’il ne bénit pas Jacob. Il bénit Israël, le nom que prendra Jacob quand il sera une nation.

Restons un court instant sur la Bible pour spécifier que le modèle est systématique. Le premier homme connecté à Dieu, Adam, est un corps. Ce n’est qu’une fois ce corps constitué, que Dieu lui insuffle une âme qui alors devient vivante. Il en est de même pour Israël qui doit exister sur sa terre pour devenir une nation. C’est très exactement la production de cette image que vient de réaliser Donald Trump en inaugurant l’ambassade américaine à Jérusalem.

Le modèle juif est unique. La religion, la culture, sont pour lui consécutives de l’identité. Pour toute autre nation, ce sont la culture ou la religion qui construisent l’identité.

Mais pour s’arrêter à la seule religion, un Chrétien peut aussi bien être français, que chinois ou syrien. Quelle est véritablement l’identité de ces gens ?

La mécanique identitaire juive est le modèle que doit prendre tout nationalisme. D’ailleurs, Johann Fichte, le père conceptuel du nationalisme européen ne s’y est pas trompé en prenant le repère selon le prophète Ezéchiel, qui construit la vie à partir des squelettes pour y façonner la chair. Il termine en insufflant la vie. Le support permet à l’idéologie d’exister. Sans lui, l’idéologie est mort-née.

Le nationalisme occidental est un échec. Il l’est parce que l’identité fondamentale des peuples européens est falsifiée, erronée, corrompue.

Pour paraphraser Fichte, nous sommes à la croisée des chemins. Voulez-vous que notre génération marque l’histoire comme étant celle qui a fait mourir ses enfants ? Ceux qui se prétendent nationalistes sont animés d’autosatisfaction. Mais que sont-ils ? À quoi rime l’antisionisme ambiant ? À justifier d’un complot universel juif qui conspirerait contre les nations ? Le discours est le même que celui des pays qui ne sortent pas du sous-développement et en rendent responsable l’Occident, vampire aux doigts et nez crochus. Que ceux-là commencent à se prendre en charge comme nous devons nous prendre en charge, à l’instar du peuple juif. Soyons grands par nous-mêmes.

« Cette élite, vous devez la devenir si vous voulez la rester ! », suggérait le compositeur et théoricien de la musique autrichien Hanns Eisler.

Le sionisme est la seule idéologie qui se bat contre l’universalisme. C’est très simple. Pour ne pas disparaître, quel camp choisissez-vous ?

Pour signifier clairement et simplement l’erreur de l’antisionisme de l’Occident, lorsque apparaît un chef qui défend sa nation, il est l’ami d’Israël. Nous voyons le Président Poutine convier Netanyahou aux cérémonies du 9 mai en invité d’honneur. L’acte le plus significatif du Président Trump est de transférer l’Ambassade US à Jérusalem.

Le patriote, le nationaliste qui est antisioniste participe à l’universalisme et devient traître à son peuple.

***

Les Prix 2018 de l’Antisémitisme

 

Par Gilles FALAVIGNA

 

L’époque actuelle ne prête pas foncièrement à rire. La probabilité de guerre n’a depuis longtemps jamais été aussi grande. Certains connaissent la guerre. D’autres, pour paraphraser Jean Giraudoux, diront qu’on y meurt.

Mais la guerre est une fuite en avant dans la monstruosité, dans la cruauté, dans une horreur qui dépasse toute imagination. Et dire que les gouvernants voudraient qu’elle puisse être propre ! Vœu pieux.

Les guerres asymétriques offrent au dominant l’avantage de lui permettre de rester propre. C’est une des trois principales raisons pour lesquelles Tsahal est une armée morale. Israël est largement supérieur à ses voisins dans tous les domaines.

La deuxième raison se rapporte au Judaïsme. La culture juive est profondément porteuse de vie. C’est sa nature. Commet douter que cela influence l’éthique ?

La troisième raison est que Tsahal est une armée de conscrits. Elle est composée de jeunes issus de l’ensemble de la société. Mieux encore, Tsahal est composée de garçons et de filles, et tout citoyen y a sa place pour participer à la défense de sa Nation. Des handicapés mentaux et physiques ont une fonction utile dans l’armée israélienne.

Accuser Tsahal, parler de bain de sang sur la frontière de Gaza est mettre en cause la probité des forces israéliennes. Ici, l’argumentation est vaine. La logique indique que les morts palestiniens ne profitent en aucun cas à Israël. Mais la logique s’oppose au jugement de valeur, préjugé gratuit et facile face à une situation de « dilemme du prisonnier », cette situation où on est perdant quelque soit le choix opéré.

Il est alors simple de comprendre que critiquer Tsahal, c’est reprocher aux Juifs tout ce qui peut arriver, puisque Tsahal est composée de l’ensemble de la société juive.

Il y a quelque chose de profondément pervers dans le rapport de force. Le travail idéologique dominant, depuis longtemps, utilise l’inversion des valeurs. Les Sionistes seraient les nouveaux Nazis. L’inversion est à son comble puisque David contre Goliath, c’est devenu Gaza contre Israël. Et qu’importe que la logique ait établi que le dominant est pacifiste et qu’il n’y a pas d’armée qui pratique plus l’éthique que Tsahal.

L’inversion des valeurs est donneuse de leçons. Si l’idéologie occidentale dominante a atteint le paroxysme de l’antisionisme, elle s’autoproclame porte-étendard du Bien. Elle dit combattre l’antisémitisme. Dans le monde égalitaire universel, le Juif n’a qu’une place théorique.

Ainsi, d’un côté, Benoit Hamon regrette qu’il n’y ait eu de morts que du côté palestinien. De l’autre et pour faire preuve de mesure, la presse ressort et dépoussière les « Horribles ». Le nouvel antisémitisme serait musulman ? On ressort les propos du führer-rédacteur de Rivarol, l’horrible Jérôme Bourbon. En Iran, il pourrait recevoir le Prix de l’antisémitisme, gloire suprême pour un dhimmi. En France, il concourt à recevoir ce prix sous les huées bien-pensantes. Ce n’est, en fait qu’une question de mode, au même titre que les « Gérard de la télé » ou autres catalogues de la satire de mauvais goût.

Le salace dispose de ses partisans. Mais au regard de ceux qui dégustent l’immonde en justifiant du mauvais goût des autres, il n’est pas le plus néfaste.

Jérôme Bourbon est une bénédiction pour les antisionistes. Tout le monde s’acharne sur ce triste individu. Il en ferait pitié. Car peut-on l’imaginer une arme à la main ? Jérôme Bourbon est un vrai antisémite. Mais est-il le plus dangereux ?

Dans le cadre de l’inexorable progrès intellectuel, ces gens sont les vestiges d’un très lointain passé.

Nous en sommes à distribuer les prix de l’antisémitisme. Le monde moderne est à l’image. Il n’est plus à l’écrit. Il n’est plus à la pensée. Il est à l’acte.

Le monde moderne est violent. Le monde moderne est criminel. Il est à la mort. Le nouvel antisémitisme est musulman. Ce n’est pas un jugement de valeur, une évaluation doctrinaire. C’est un fait. L’antisémitisme est un acte. Il égorge au cri d’Allah ouakbar.

Jérôme Bourbon est identifié pour ce qu’il est. En réalité, il ne mérite même pas la dernière marche du podium de l’antisémitisme. Il en finira au pied, conformément à son allure canine. Jérôme Bourbon est une victime et subit une nouvelle injustice…

La dernière marche est occupée par Dieudonné M’bala M’bala. Il s’agit d’un même acabit, celui du serviteur manipulé, celui de l’objet utile. Mais déjà, l’antisémitisme est habillé, sous couvert d’humour. C’est ce qui justifie de gravir la marche.

Toutes les marches sont larges pour accueillir une véritable foule qui occupe les basses-œuvres. Souvent, ces gens s’ignorent. A l’instar de ces multiples municipalités qui hissent le drapeau palestinien au nom d’un antisionisme, ils n’ont pas conscience qu’ils sont antisémites. Ils font partie du troupeau.  La troisième marche correspond au « soft power », celui de l’Islamisation insidieuse, du pas à pas, de l’application marxiste de la dialectique.

L’Islamiste occupe donc la seconde marche. Il est très loin devant les Nazillons. Il est également très proche. Il est loin devant parce qu’il est dans l’action. Il est très proche par le lien qui les unit.

C’est ici, et pour comprendre ce classement, qu’il est nécessaire de revenir sur les commentaires à propos du « serpent » de la Genèse. Le Serpent attaque l’Homme parce qu’il est un Homme. C’est à la race de l’Homme que le serpent s’attaque. Il met tout en œuvre pour l’empêcher de mener à bien la mission que Dieu lui a confiée. La raison de cette agression est idéologique. Mais le serpent n’est qu’un serpent. En réalité, le serpent n’est pas doué de parole. Il n’est pas doté de sa propre réflexion. « Je pense mais je ne suis pas ! »

Le serpent, disent les commentaires du Judaïsme, est chevauché et manipulé par un être qui se dissimule. C’est Essav qui chevauche le serpent.

La première marche est occupée par ceux qui restent dans l’ombre. Ils sont les faiseurs de guerres. Ils manipulent. Ils expliquent qu’ils sont le Bien et qu’ils œuvrent pour la paix. C’est leur mensonge qui les dissimule.

Essav tient les rênes du Serpent. Essav représente l’Occident. Il représente l’idéologie universaliste. Mais Essav est Juif ! Il est le fils d’Isaac ! Qui mieux qu’un Juif saura s’attaquer aux Juifs ? Le Mal fait partie intégrante du Bien.

Hamon regrette qu’il n’y ait pas de morts côté israélien. Quel mépris pour tous les Israéliens victimes du terrorisme. Peut-on oublier cette femme, à Jérusalem poignardée et suppliant qu’on sauve son bébé, ayant pour toute réponse un « crève ! », de la part d’un commerçant fermant boutique ?

Hamon est juste le caniche en laisse d’un Soros. Hamon est dans la réaction.

C’est plus sous la plume d’un Daniel Schneidermann que nous pourrons déceler toute la malfaisance antisémite. Daniel Schneidermann biberonne les Dieudonné et Soral. Patrick Cohen, resté à la troisième marche du podium, en compagnie de Benoit Hamon, le comprend pour une fois.

Le dernier article de Daniel Schneidermann dans Libération s’intitule : « Israël, la poule et la goule. »

Il est consacré à Netta qui fait la poule. Il n’y a pas de hasard au jeu de mot pour la rime avec la goule. Une goule est un vampire suceur de sang, dans la mythologie arabo-musulmane. Schneidermann, en bon Essav manipulateur, adresse le mythe du Juif suceur de sang aux populations arabo-musulmanes. La victoire de Netta serait le résultat d’une volonté israélienne pour dissimuler l’extermination de Gaza. Le complot juif est le deuxième volet de l’analyse de Schneidermann. Le troisième volet porte sur les rires complices de Benjamin Netanyahou qui reçoit Netta Barzilai. Accessoirement, la satisfaction d’Ivanka Trump ne mérite pas le fiel de Schneidermann. Comme il le dit, la presse américaine s’en charge. C’est celle de Netanyahou qui lui est insupportable. Une victoire israélienne lui est insupportable. La joie de Netanyahou et de la Nation israélienne, à lire cet article, décrit le même état d’esprit que montrait les affiches nazies du « Juif Süss ». De la même manière, cet article raille le physique de Netta.

Si Israël et la nation juive sont l’expression fondamentale de l’auto-détermination et, par cela, s’opposent à l’Universalisme, l’Antisémitisme est-il l’arme de l’Universalisme ou est-ce l’Universalisme qui est l’arme de l’Antisémitisme ? Question de la poule et de l’œuf chanterait Netta ? La biologie répond à cette question. Mais c’est une autre histoire.

 

Source : polémique Cohen-Schneidermann : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1142068-daniel-schneidermann-l-idiot-utile-des-dieudonnistes.html

Il n’y a, hélas, pas de mort côté juif dit Hamon !

Il n’y a, hélas, pas de mort côté juif dit Hamon !

Par Gilles FALAVIGNA

“Hélas les morts ne sont que d’un seul côté”, dit le chef du PS, exactement. Bien sûr, ce n’est pas ce qu’il voulait dire. « Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! » devra-t-il avancer, histoire de reculer. Mais c’est très exactement ce qu’il a dit.

Benoit Hamon n’est pas tout seul. Un autre a exprimé la même chose sous une forme différente mais l’idée y est. Jérôme Bourbon, führer-rédacteur du journal Rivarol et digne héritier de la race des Seigneurs par son allure de vainqueur, écrit un pitoyable « tonton, tu nous manques ! » Bref, le Juif doit mourir.

Devrions-nous « contextualiser » pour réinterpréter la sortie de Benoit Hamon au micro de RTL ? Eh bien justement, le lapsus est révélateur. Alors que la situation est très grave, il s’agit d’un état de guerre, Hamon avec ce qu’il représente prend partie en rejetant, d’un revers de main, ce que l’aveugle pourrait voir. Ce « hélas » ne signifie pas que des morts israéliens permettraient de considérer la position israélienne, puisqu’il s’inscrit dans la logique idéologique défendue par cette Gauche bien-pensante. L’idéologie de l’équilibre, de deux Etats, est confortablement installée dans le politiquement correct consistant à ne pas bouger les lignes. De quelles lignes parlons-nous ?

Ne pas bouger les lignes, c’est revenir systématiquement aux résolutions des Nations-Unies de 1947 et la proposition d’un Etat juif et d’un Etat arabe sur la terre de Palestine. Ces lignes donnaient à Israël un désert au Sud et des marécages au Nord, des positions intenables alors qu’il était clairement établi que la guerre avec le monde arabe serait inéluctable et que les Juifs seraient exterminés.

Et il y eut le miracle de la victoire militaire israélienne de 1948, et sa survie.

Ne pas bouger les lignes, c’est réfuter les conséquences de la victoire israélienne de la guerre des 6 jours, en 1967. Cette victoire relevait encore du miracle. Matériellement, elle assurait une certaine sécurité pour un Etat de 50 kilomètres de large. Ce sont bien ces faits qui sont intolérables aux Nations, puisque ces dernières se battent pour un retour à la situation de 1948, comme si toute démarche d’Israël pour assurer sa paix était irrecevable. N’est-ce pas sous cet aspect global qu’elles refusent à Israël le choix de sa capitale ?

La responsabilité de 60 morts à Gaza serait entièrement le fait du déplacement de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, selon Benoit Hamon. Le Président Trump aurait le sang de ces 60 « martyrs » sur les mains. Profondément, quel reproche est fait à Donald Trump, un individu dit imprévisible ? Depuis le Président Truman jusqu’au Président Obama, chaque candidat a promis de transférer l’ambassade à Jérusalem et tous ont trahi leur engagement. Le Président Trump ne trahit pas. Il ne louvoie pas dans la compromission. Il est donc imprévisible. Mais peut-être le caractère particulier de Donald Trump ne doit-il rien au hasard dans les circonstances actuelles.

Il est important, ici, de réitérer que l’histoire d’Israël relève du miracle. Les faits sont les faits. Il est néanmoins possible de considérer l’influence de « l’invisible ».

Non, le Président Trump n’est pas responsable de la morts des terroristes du Hamas et de quelques malheureux manipulés à Gaza.

La « marche du retour » n’est pas directement liée à la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem pour capitale d’Israël. La « marche du retour », comme son nom l’indique, se réfère à la déclaration d’indépendance d’Israël, Yom Haatsmaout. Elle est rendue nécessaire, pour les Palestiniens, par la victoire de la guerre des 6 jours, Yom Yeroushalaim.

Il est tout de même particulier que ces événements se déroulent sur une période précise qui se termine par Shavouot, la commémoration du don de la Torah. Peut-on réellement ne voir que le fruit du hasard à ce que les événements d’Israël concordent avec le décompte du Omer? Ben Gourion n’était pas religieux. Que l’indépendance cadre avec le début du mois de Iyar ne peut pas être délibéré. Le déroulement de la guerre des 6 jours et la prise de Jérusalem à 7 jours du décompte du Omer, la dernière semaine, ne peut pas être consécutif d’une intention religieuse de Moshe Dayan qui, comme le souligne le Rav Dynovisz sur le propos, ne devait même pas connaître ce décompte de 7 semaines avant la remise de la Torah.

Et c’est au dernier jour et à la dernière heure de la dernière semaine de Iyar que le représentant majeur des Nations reconnait Jérusalem, capitale d’Israël.

Car, selon la tradition, la dernière semaine du mois de Iyar représente l’attribut lié à David, celui de Jerusalem, celui de la Malkhout, c’est-à-dire la réalité d’Israël en tant que Nation constituée. Est-ce un hasard si les textes qui datent de 2000 ans décrivent à ce point précis les événements de la Nation israélienne contemporaine ?

Au point où nous en sommes, cadrons avec l’entrée dans le mois de Sivan. D’où vient le nom d’Israël ? La tradition fait le lien avec le combat de Jacob contre l’ange. L’ange représente l’émanation d’Essav. C’est au petit jour, avant le lever du Soleil que l’ange bénit Jacob. En fait, il ne bénit pas Jacob qui signifie le juif en exil mais Israël, le Juif en tant que Nation. C’est l’image de ce que vient de réaliser le Président Trump.

La vérité n’est pas unique. Benoit Hamon voit l’histoire depuis sa lorgnette. Il est un personnage d’un autre temps, un temps aujourd’hui révolu.

Selon le rav Dynovisz, les 70 ans d’Israël marquent le passage d’un cycle à un autre. Dans la continuité de son enseignement depuis des décennies, observateur du monde réel, il annonce que nous avons quitté l’ère pré-messianique et que nous sommes entrés dans l’ère du Machia’h. Il avance par ces signes la construction imminente du troisième Temple. Finalement, Benjamin Netanyahou ne l’a-t-il pas également suggéré lors de la cérémonie de l’inauguration de l’ambassade américaine ?

Sous cet aspect, les propos de Benoit Hamon n’ont d’autre place que dans les poubelles de l’Histoire.

Sources : http://ravdynovisz.tv/histoire_du_peuple_juif/a-16-h-aujoudhui-sommes-entres-machiah-ben-david-14-mai-2018/

La corruption au service du Terrorisme

Par Gilles Falavigna pour Jforum

La corruption au service du Terrorisme

 

Le procureur François Molins, chargé de dossiers terroristes fait une sortie médiatique pour alerter d’un phénomène de « micro-financement » du terrorisme en France. Plus de 400 donateurs français ont financé Daech. Il s’agit d’un système alimenté par des sommes « modiques, mais en nombre important ».

Le magistrat estime que « les terroristes ont eu besoin de 25 000 euros pour organiser les attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher et 80 000 pour ceux du 13 Novembre à Paris et à Saint-Denis. »

François Molins a été dessaisi de nombreux dossiers confiés au nouveau Parquet National financier. Il est connu pour s’opposer à la création d’un parquet national antiterroriste. Le grand professionnalisme du procureur est unanimement reconnu. Mais ses sorties correspondent également à une lutte intestine entre les autorités de compétences.

Nous pourrions, par cette sortie, nous satisfaire de la prise de conscience qu’un mal réel ronge la société française de l’intérieur. Déjà, les instituts de sondages indiquaient que plus de 25% des jeunes de moins de 25 ans ont une idée favorable de l’Etat Islamique. Cela viendrait compenser la déclaration du Président Macron pour qui l’Antisémitisme est le fruit de l’importation du conflit israélo-arabe. Au passage, cette déclaration revient à dire que sans les Juifs, on se débarrasse de tout problème.

Mais revenons sur le fond du phénomène de micro-financement. De quoi avait besoin l’auteur des attentats de Montauban et Toulouse ? (qu’il me soit permis de ne pas avoir envie de citer son nom)

De quels moyens avait besoin l’auteur de l’attentat de Nice ?

Il suffit de très peu de moyens, surtout quand le paradis d’Allah est au bout du pare-chocs de son camion lancée à vive allure comme un bélier.

Quoi qu’il en soit, le problème n’est pas là.

Plus de 400 petits donateurs français ont financé Daech. Il s’agit d’individus identifiés. Leur nombre est obligatoirement beaucoup plus grand, peut-être énormément plus grand.

Un des piliers de l’Islam est le Zakat, la charité que doit faire tout Musulman à des œuvres caritatives et une très grande partie d’entre elles sont d’obédience islamiste derrière des noms de tolérance, de paix et d’amour. Si l’Islam « de France » est invité à faire le ménage, le nerf de la guerre ne peut en être exclu.

Mais, profondément, il est question, ici, de l’Etat Islamique. Que représentent les sommes versées dans le cadre de ce micro-financement ? Daech dispose de milliards d’euros. Selon le journal Le Point qui fait part de sources émanant des Services de Renseignement, Daech dispose aujourd’hui d’un pactole de 3 milliards d’euros. Cette somme suffit à maintenir le niveau de nuisance actuel de Daech pendant 15 ans.

En réalité, ces 3 milliards d’euros ne sont que le flux de trésorerie de l’organisation terroriste. C’est la partie visible de l’iceberg.

Pendant des années, Daech a eu le contrôle des ressources de toute l’activité économique d’une région très riche, en pétrole comme en toutes matières premières. Nous parlons d’un Etat qui taxe tous les échanges commerciaux. Nous parlons d’une organisation criminelle qui pratique le racket et nous savons, par exemple, que Lafarge a dû contribuer au financement terroriste.

Ces sommes ont été investies, tout naturellement. Elles ont été blanchies dans des activités parfaitement légales.

C’est un premier point au regard de l’information fournie par le Procureur Molins. Une règle fondamentale en gestion de projet est la loi des 80/20, dite loi de Pareto. On ne peut mener à bien un projet qu’en traitant les 80% qui sont la cause d’un problème et non pas les 20% dont l’influence est marginale. Ces micro-financements sont marginaux quant au problème. Il ne s’agit pas de ne pas les traiter pour autant.

Daech est riche, très riche. La terminologie d’Etats-voyous n’est plus à la mode mais leur capacité de nuisance est toujours là. Turquie, Iran, Qatar et bien d’autres, peut-on rester naïfs en observant au quotidien que ces puissances tirent intérêts de la situation syrienne ?

Le second point au regard des micro-financements est celui des flux financiers qui blanchissent les milliards d’euros dont dispose Daech. Ce sont ces rouages tout à fait légaux qui alimentent la corruption et qui participent à notre destruction, comme la corruption au sein de l’UE pour permettre l’immigration et bien d’autres activités de fond. Le terrorisme n’est qu’un paramètre parmi d’autres concernant les armes de nos ennemis.

Sur ce point, la sortie du Procureur Molins s’inscrit dans le Politiquement Correct. Il doit sa notoriété et son aura au traitement qu’il fit des affaires financières Sarkozy avec Bygmalion, d’un côté, et Cahuzac, de l’autre. On ne peut lui reprocher de partialité. Mais cette sortie ressemble à la nécessité d’avoir du grain à moudre pour cacher l’incapacité à traiter le problème sur le fond.

Mes travaux pour l’ouvrage « Géopolitique de la conspiration contre les Peuples » reposent sur le constat et l’analyse des liens entre les instances politiques et le crime. Il s’agit de corruption à grande échelle.

Quelques chiffres permettent d’éclairer la consistance de la mise en relation entre une offre, portée par l’idéologie universaliste et une demande, portée également par l’idéologie universaliste. Tous les ingrédients de la corruption sont présents puisque tous les ingrédients sont présents pour être corruptible !

L’ONG Transparency International a développé un indice de perception de la corruption allant de 1 à 10. Au monde, aucun pays n’atteint 10 qui signifierait qu’aucune affaire de corruption n’y serait instruite. En Europe, un indice de 3,8/10 est attribué à la Grèce. La corruption y est endémique. La perception de l’Italie est de 4,3. Cela correspond à ne pas être un Etat de Droit. La France est notée 6,9 en 2015. Elle occupe la 23e position du classement en 2016. La France est considérée comme un pays de corruption.

C’est au niveau de la moyenne européenne, région à 1000 milliards de dollars de corruption.

Dans ce contexte, les aides et subventions, argent inodore, participent fortement aux flux de corruption. Le Figaro du 29 juin 2012 fait état de 34 milliards d’Euros versés à 250 000 associations par la France. L’article se veut une « enquête sur l’étonnante opacité qui entoure le financement public des associations ».

Pour la seule France et la seule aide aux entreprises, le montant des subventions serait de 110 milliards d’euros selon la documentation française, rapport « Pour les aides simples et efficaces au service de la compétitivité », juin 2013. Pour autant, Wikipédia sur le thème, indique que le montant total des aides est inconnu.

Dès qu’il y a une occasion, la criminalité se rue sur les marchés. Les opérations « pétrole contre nourriture », en Irak, ont atteint le summum de la corruption. Malgré le secret Défense, la commission Paul Walker a référencé les centaines d’entreprises qui sont intervenues sur ce marché. Il n’y a pas de compagnie propre. La criminalité est un agent géopolitique. Les Seconde et Troisième Guerres du Golfe ont été très lucratives. L’Irak a été pillé. Il ne l’a pas été par un pays. Il l’a été par le crime organisé.

Le criminel est un homo œconomicus basique dans ses comportements sociaux. Il œuvre « utile ». Il utilise le pouvoir. Il ne le recherche pas. Il conteste l’autorité par sa puissance. Il est, néanmoins, un pouvoir économique et social. Le criminel possède une identité. C’est l’identité criminelle puisque le crime est son déterminant. Son territoire est le monde entier. Mais la source du territoire est primordiale.

Nous assistons à une balkanisation du monde. Les grands empires deviennent de petits états. Ceux-ci nourrissent la criminalité. Comme ce fut le cas pour la Yougoslavie, la fragmentation s’accompagne d’une fiction d’états, fut-elle provisoire. Il n’y a pas de police. Il n’y a pas de structures. Ce sont des proies faciles.

Si nous sortons du cadre juridique pour analyser la criminalité, nous trouvons un contexte sociologique constant pour servir de modèle. Nous retrouvons alors les principes de Norbert Elias et sa civilisation des mœurs :

L’Urbanisation est un moyen de disparaître de l’œil du voisin et du contrôle social naturel.

Toute concentration humaine augmente la difficulté à faire régner l’ordre. Cette concentration s’accompagne d’une nécessité économique plus importante.

L’anonymat et l’explosion démographique sont le terreau de la criminalité.

Les objectifs de l’Europe, les objectifs des organisations terroristes et les objectifs de toute organisation criminelle sont les mêmes : favoriser l’immigration. Que peut bien, alors, proposer le Procureur Molins ? Voilà, nous apprenons que des habitants de France nuisent à la France. C’est déjà ça ! Serait-ce un os à ronger pour les sous-chiens sans-dents?