Archives mensuelles : mai 2018

Moi, Maryam P, 20 ans, Gauchiste et Musulmane

publié sur Jforum:

Moi, Maryam P., 20 ans, Gauchiste et Musulmane

Par Gilles FALAVIGNA

L’œuvre « Moi, Christiane F, 13 ans, droguée et prostituée », relate le mal-être de la jeune Christiane au début des années 70, qui rêve de s’intégrer à une bande de « jeunes », lente et violente descente aux enfers.

Le parallèle avec Maryam Pougetoux est difficilement évitable. La jeune fille, étudiante à la Sorbonne, donne des leçons de politique au Ministre de l’intérieur comme à quiconque aurait l’outrecuidance de faire valoir une connaissance sur ces questions.

Madame, puisqu’on ne dit plus mademoiselle ou jeune fille, est l’exemple de l’inversion-substitution de l’intégration. Les populations immigrées n’ont pas à s’intégrer. Les populations autochtones s’intègrent au Migrant. Christiane F et Maryam P. sont jumelles.

Le festival de Cannes honore Cédric Herrou, l’individu qui faisait passer clandestinement les Migrants sur le sol français. Tout sourire et entouré de ses Migrants en smoking, le groupe fait un doigt d’honneur, juste rétribution pour leur classieuse présence sur le tapis rouge. Ils ne disent pas « nique la France » mais le cœur y est.

Maryam Pougetoux est de ceux-ci. Certains pourraient voir un paradoxe à ce que la représentante UNEF de la Sorbonne porte le voile. L’UNEF est un syndicat gauchiste traditionnellement militant de la laïcité. De nombreux hommes et femmes politiques ont rejoint le Ministre de l’Intérieur pour dire qu’ils étaient choqués.

L’UNEF, dans un communiqué le 13 mai, qualifie ces réactions d’appel à la haine et demande, par ce fait, la dissolution d’organisations « d’Extrême Droite » et le licenciement de professeurs qui se sont exprimés. Il y aurait, en effet, « un déferlement de haine raciste, sexiste et islamophobe ».

Quoi de plus naturel qu’une Musulmane appelle à la dhimmitude ? C’est au nom de la laïcité et du féminisme que cette personne porte le voile et que l’UNEF est derrière elle en indéfectible soutien.

Certains sont apitoyés par Maryam Pougetoux et voudraient faire comprendre à cette gamine la portée de son erreur. Ceux-là, toujours prompts à déresponsabiliser, trouvent les coupables de la situation dans la société qui ne s’occupe pas assez des enfants qui se sont fait endoctriner.

Pour eux, il est très simple de combattre l’endoctrinement. Il suffit de suivre le protocole des cellules de « déradicalisation ». Offrons tout le bonheur du monde aux terroristes et ils feront retour. Bref, rien de tel qu’un bon fromage pour attraper les souris.

D’un point de vue pratique, le bon sens suffira à amener cette Maryam Pougetoux à pouvoir penser, s’habiller, aimer à sa guise sans être stigmatisée.

Sur les réseaux sociaux, les « personnes autorisées » proposent d’aborder les sujets de l’homosexualité, de l’avortement, de l’égalité entre les sexes, du mariage pour tous. La seule évocation de ces mots magiques remplit la mission d’intégration à la République Française, ni plus, ni moins !

Il est vrai que la sexualité est un déterminant majeur de ces populations en quête d’identité.

Au-delà des mots, il n’est pas sûr, néanmoins, que la “solution” soit obligatoirement dans la gratification de l’égo et sur l’unique gratification sexuelle avec l’homosexualité au sommet de la pyramide. Le Droit à l’avortement, sous son aspect de déresponsabilisation glorifie le plaisir immédiat et individualiste.

Quelle erreur de la part de ces gens ! Le problème profond de l’universalisme n’est pas de glorifier l’individualisme. Leur point de vue peut en valoir un autre. Le problème profond de l’universalisme est d’imaginer que leur point de vue soit le seul détenteur d’une vérité unique.

Il suffit à la jeune fille de penser « pudeur » et l’ensemble de l’argumentaire de valorisation de l’égo s’effondre. Car en quoi la pudeur devrait-elle être moins valorisante que la liberté de mœurs pour l’égo ?

Si nous devons combattre l’Islam, la meilleure arme n’est pas dans la prévalence d’un dogme par rapport à un autre. L’Islam est une idéologie et elle ne peut s’effondrer que de l’intérieur.

Les docteurs de l’Islam sont des juristes. L’idéologie musulmane fait dans le blanc ou le noir ou le gris mais le gris n’est pas la conjugaison du blanc et du noir. C’est pourquoi la jurisprudence islamique établit 5 nuances entre l’interdit et ce qu’il faut faire. L’Islam est soumission. L’obligation collective libère de l’obligation individuelle. Le fardh kiffaya est dit “de suffisance”. Le Musulman est libéré d’une obligation individuelle, fadh ayin, si un autre s’en charge. Ce n’est pas en stigmatisant l’insignifiance de sa personne que le Musulman peut se révolter contre son système. Ils ne peuvent pas être confrontés à l’intolérable. C’est un non-sens puisque contraire à la nature de l’Islam qui est soumission.

Il n’y a pas d’argument opposable au Musulman car le problème n’est pas le Musulman. Le problème est l’Islam.

Le Sionisme est l’arme qui détruira l’Islam. Le Sionisme est la démonstration de l’erreur d’interprétation par l’Islam du pacte. Le sionisme est le moyen unique pour mettre en défaut le cadre juridique de l’Islam au niveau de ses fondations. Il est totalement vain de tenter de faire évoluer l’Islam par des considérations individuelles et individualistes ou collectives qui ne peuvent se rapporter qu’à une considération arbitraire du Bien et du Mal.

Christiane ou Maryam ont un problème identitaire. L’Islam postule que Dieu a abandonné le peuple élu. Le Musulman a pris la place du Juif, tel un Bernard-l’hermite. La réussite d’Israël, parce qu’elle démontrera la fausseté des fondations de l’Islam, est la seule force qui autorisera le Musulman à reconsidérer son approche individuelle comme collective.

Toute autre question n’est que conséquence de cette question première.

Gilles FALAVIGNA

Pourquoi être sioniste ?

Mon article sur EuroLibertés:

Être sioniste, est-ce se déterminer en fonction des Juifs quand on n’est pas Juif ? Il se trouve que la question juive, qui ne concerne qu’un des plus petits peuples au monde, est au centre de toutes les attentions.

Plan de partition de la Palestine en 1947.

Plan de partition de la Palestine en 1947.

Un des plus petits pays au monde fait l’objet de la Une quotidienne de tous les médias. Cette préoccupation mobilise nos sociétés depuis toujours. Peut-être est-ce ce paramètre qu’il convient de regarder.

Le judaïsme date de 4 000 ans. Il y a sur ce point un premier malentendu car le judaïsme n’est pas une religion. Le judaïsme est une identité.

La Bible rapporte que durant des siècles, Dieu s’adressa à Abraham et à ses descendants avec un unique message : Je vous donnerai une terre et vous serez une nation.

À aucun moment, durant les siècles qui séparent la genèse du peuple juif, de son entrée sur la terre qui lui avait été donnée par un pacte, il n’est question de religion. Il ne s’agit que d’une terre et d’une nation. Lors, à aucun moment, une loi divine n’établit ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire.

Ce n’est donc qu’à l’instant d’entrer sur cette terre que la loi, la Torah, est donnée. Elle n’est pas donnée à des individus. Elle aurait, sinon, été donnée depuis longtemps puisque la Bible indique que les Patriarches ont été les plus méritants des hommes. Elle n’est pas plus donnée aux tribus alors que leurs chefs portent tous les attributs constituants de la Torah, Joseph et Juda en tête.

La Torah est donnée à un peuple qui devient une nation, c’est la Loi guidant la nation. La question est des plus actuelles car l’individu juif, par le sionisme, n’est véritablement juif que lorsqu’il est sur sa terre. Il s’appelle, alors, Israël. Le juif qui est en exil, qui n’est pas sur sa terre, est vidé de son essence.

Le judaïsme n’est pas une religion. Le judaïsme est une identité. La religion, ce qui relie les membres d’une nation, étymologiquement et les mots ont un sens, vient la conforter. Tout le sens de la Torah est de justifier le principe fondamental que nous venons de voir, de manière rituelle, c’est-à-dire principalement symbolique, et de manière explicative. Ainsi, le juif, Jacob, devient Israël, la nation, quand l’ange, émanation de l’Occident dans le Judaïsme, le bénit. Le texte précise qu’il ne bénit pas Jacob. Il bénit Israël, le nom que prendra Jacob quand il sera une nation.

Restons un court instant sur la Bible pour spécifier que le modèle est systématique. Le premier homme connecté à Dieu, Adam, est un corps. Ce n’est qu’une fois ce corps constitué, que Dieu lui insuffle une âme qui alors devient vivante. Il en est de même pour Israël qui doit exister sur sa terre pour devenir une nation. C’est très exactement la production de cette image que vient de réaliser Donald Trump en inaugurant l’ambassade américaine à Jérusalem.

Le modèle juif est unique. La religion, la culture, sont pour lui consécutives de l’identité. Pour toute autre nation, ce sont la culture ou la religion qui construisent l’identité.

Mais pour s’arrêter à la seule religion, un Chrétien peut aussi bien être français, que chinois ou syrien. Quelle est véritablement l’identité de ces gens ?

La mécanique identitaire juive est le modèle que doit prendre tout nationalisme. D’ailleurs, Johann Fichte, le père conceptuel du nationalisme européen ne s’y est pas trompé en prenant le repère selon le prophète Ezéchiel, qui construit la vie à partir des squelettes pour y façonner la chair. Il termine en insufflant la vie. Le support permet à l’idéologie d’exister. Sans lui, l’idéologie est mort-née.

Le nationalisme occidental est un échec. Il l’est parce que l’identité fondamentale des peuples européens est falsifiée, erronée, corrompue.

Pour paraphraser Fichte, nous sommes à la croisée des chemins. Voulez-vous que notre génération marque l’histoire comme étant celle qui a fait mourir ses enfants ? Ceux qui se prétendent nationalistes sont animés d’autosatisfaction. Mais que sont-ils ? À quoi rime l’antisionisme ambiant ? À justifier d’un complot universel juif qui conspirerait contre les nations ? Le discours est le même que celui des pays qui ne sortent pas du sous-développement et en rendent responsable l’Occident, vampire aux doigts et nez crochus. Que ceux-là commencent à se prendre en charge comme nous devons nous prendre en charge, à l’instar du peuple juif. Soyons grands par nous-mêmes.

« Cette élite, vous devez la devenir si vous voulez la rester ! », suggérait le compositeur et théoricien de la musique autrichien Hanns Eisler.

Le sionisme est la seule idéologie qui se bat contre l’universalisme. C’est très simple. Pour ne pas disparaître, quel camp choisissez-vous ?

Pour signifier clairement et simplement l’erreur de l’antisionisme de l’Occident, lorsque apparaît un chef qui défend sa nation, il est l’ami d’Israël. Nous voyons le Président Poutine convier Netanyahou aux cérémonies du 9 mai en invité d’honneur. L’acte le plus significatif du Président Trump est de transférer l’Ambassade US à Jérusalem.

Le patriote, le nationaliste qui est antisioniste participe à l’universalisme et devient traître à son peuple.

***

Les Prix 2018 de l’Antisémitisme

 

Par Gilles FALAVIGNA

 

L’époque actuelle ne prête pas foncièrement à rire. La probabilité de guerre n’a depuis longtemps jamais été aussi grande. Certains connaissent la guerre. D’autres, pour paraphraser Jean Giraudoux, diront qu’on y meurt.

Mais la guerre est une fuite en avant dans la monstruosité, dans la cruauté, dans une horreur qui dépasse toute imagination. Et dire que les gouvernants voudraient qu’elle puisse être propre ! Vœu pieux.

Les guerres asymétriques offrent au dominant l’avantage de lui permettre de rester propre. C’est une des trois principales raisons pour lesquelles Tsahal est une armée morale. Israël est largement supérieur à ses voisins dans tous les domaines.

La deuxième raison se rapporte au Judaïsme. La culture juive est profondément porteuse de vie. C’est sa nature. Commet douter que cela influence l’éthique ?

La troisième raison est que Tsahal est une armée de conscrits. Elle est composée de jeunes issus de l’ensemble de la société. Mieux encore, Tsahal est composée de garçons et de filles, et tout citoyen y a sa place pour participer à la défense de sa Nation. Des handicapés mentaux et physiques ont une fonction utile dans l’armée israélienne.

Accuser Tsahal, parler de bain de sang sur la frontière de Gaza est mettre en cause la probité des forces israéliennes. Ici, l’argumentation est vaine. La logique indique que les morts palestiniens ne profitent en aucun cas à Israël. Mais la logique s’oppose au jugement de valeur, préjugé gratuit et facile face à une situation de « dilemme du prisonnier », cette situation où on est perdant quelque soit le choix opéré.

Il est alors simple de comprendre que critiquer Tsahal, c’est reprocher aux Juifs tout ce qui peut arriver, puisque Tsahal est composée de l’ensemble de la société juive.

Il y a quelque chose de profondément pervers dans le rapport de force. Le travail idéologique dominant, depuis longtemps, utilise l’inversion des valeurs. Les Sionistes seraient les nouveaux Nazis. L’inversion est à son comble puisque David contre Goliath, c’est devenu Gaza contre Israël. Et qu’importe que la logique ait établi que le dominant est pacifiste et qu’il n’y a pas d’armée qui pratique plus l’éthique que Tsahal.

L’inversion des valeurs est donneuse de leçons. Si l’idéologie occidentale dominante a atteint le paroxysme de l’antisionisme, elle s’autoproclame porte-étendard du Bien. Elle dit combattre l’antisémitisme. Dans le monde égalitaire universel, le Juif n’a qu’une place théorique.

Ainsi, d’un côté, Benoit Hamon regrette qu’il n’y ait eu de morts que du côté palestinien. De l’autre et pour faire preuve de mesure, la presse ressort et dépoussière les « Horribles ». Le nouvel antisémitisme serait musulman ? On ressort les propos du führer-rédacteur de Rivarol, l’horrible Jérôme Bourbon. En Iran, il pourrait recevoir le Prix de l’antisémitisme, gloire suprême pour un dhimmi. En France, il concourt à recevoir ce prix sous les huées bien-pensantes. Ce n’est, en fait qu’une question de mode, au même titre que les « Gérard de la télé » ou autres catalogues de la satire de mauvais goût.

Le salace dispose de ses partisans. Mais au regard de ceux qui dégustent l’immonde en justifiant du mauvais goût des autres, il n’est pas le plus néfaste.

Jérôme Bourbon est une bénédiction pour les antisionistes. Tout le monde s’acharne sur ce triste individu. Il en ferait pitié. Car peut-on l’imaginer une arme à la main ? Jérôme Bourbon est un vrai antisémite. Mais est-il le plus dangereux ?

Dans le cadre de l’inexorable progrès intellectuel, ces gens sont les vestiges d’un très lointain passé.

Nous en sommes à distribuer les prix de l’antisémitisme. Le monde moderne est à l’image. Il n’est plus à l’écrit. Il n’est plus à la pensée. Il est à l’acte.

Le monde moderne est violent. Le monde moderne est criminel. Il est à la mort. Le nouvel antisémitisme est musulman. Ce n’est pas un jugement de valeur, une évaluation doctrinaire. C’est un fait. L’antisémitisme est un acte. Il égorge au cri d’Allah ouakbar.

Jérôme Bourbon est identifié pour ce qu’il est. En réalité, il ne mérite même pas la dernière marche du podium de l’antisémitisme. Il en finira au pied, conformément à son allure canine. Jérôme Bourbon est une victime et subit une nouvelle injustice…

La dernière marche est occupée par Dieudonné M’bala M’bala. Il s’agit d’un même acabit, celui du serviteur manipulé, celui de l’objet utile. Mais déjà, l’antisémitisme est habillé, sous couvert d’humour. C’est ce qui justifie de gravir la marche.

Toutes les marches sont larges pour accueillir une véritable foule qui occupe les basses-œuvres. Souvent, ces gens s’ignorent. A l’instar de ces multiples municipalités qui hissent le drapeau palestinien au nom d’un antisionisme, ils n’ont pas conscience qu’ils sont antisémites. Ils font partie du troupeau.  La troisième marche correspond au « soft power », celui de l’Islamisation insidieuse, du pas à pas, de l’application marxiste de la dialectique.

L’Islamiste occupe donc la seconde marche. Il est très loin devant les Nazillons. Il est également très proche. Il est loin devant parce qu’il est dans l’action. Il est très proche par le lien qui les unit.

C’est ici, et pour comprendre ce classement, qu’il est nécessaire de revenir sur les commentaires à propos du « serpent » de la Genèse. Le Serpent attaque l’Homme parce qu’il est un Homme. C’est à la race de l’Homme que le serpent s’attaque. Il met tout en œuvre pour l’empêcher de mener à bien la mission que Dieu lui a confiée. La raison de cette agression est idéologique. Mais le serpent n’est qu’un serpent. En réalité, le serpent n’est pas doué de parole. Il n’est pas doté de sa propre réflexion. « Je pense mais je ne suis pas ! »

Le serpent, disent les commentaires du Judaïsme, est chevauché et manipulé par un être qui se dissimule. C’est Essav qui chevauche le serpent.

La première marche est occupée par ceux qui restent dans l’ombre. Ils sont les faiseurs de guerres. Ils manipulent. Ils expliquent qu’ils sont le Bien et qu’ils œuvrent pour la paix. C’est leur mensonge qui les dissimule.

Essav tient les rênes du Serpent. Essav représente l’Occident. Il représente l’idéologie universaliste. Mais Essav est Juif ! Il est le fils d’Isaac ! Qui mieux qu’un Juif saura s’attaquer aux Juifs ? Le Mal fait partie intégrante du Bien.

Hamon regrette qu’il n’y ait pas de morts côté israélien. Quel mépris pour tous les Israéliens victimes du terrorisme. Peut-on oublier cette femme, à Jérusalem poignardée et suppliant qu’on sauve son bébé, ayant pour toute réponse un « crève ! », de la part d’un commerçant fermant boutique ?

Hamon est juste le caniche en laisse d’un Soros. Hamon est dans la réaction.

C’est plus sous la plume d’un Daniel Schneidermann que nous pourrons déceler toute la malfaisance antisémite. Daniel Schneidermann biberonne les Dieudonné et Soral. Patrick Cohen, resté à la troisième marche du podium, en compagnie de Benoit Hamon, le comprend pour une fois.

Le dernier article de Daniel Schneidermann dans Libération s’intitule : « Israël, la poule et la goule. »

Il est consacré à Netta qui fait la poule. Il n’y a pas de hasard au jeu de mot pour la rime avec la goule. Une goule est un vampire suceur de sang, dans la mythologie arabo-musulmane. Schneidermann, en bon Essav manipulateur, adresse le mythe du Juif suceur de sang aux populations arabo-musulmanes. La victoire de Netta serait le résultat d’une volonté israélienne pour dissimuler l’extermination de Gaza. Le complot juif est le deuxième volet de l’analyse de Schneidermann. Le troisième volet porte sur les rires complices de Benjamin Netanyahou qui reçoit Netta Barzilai. Accessoirement, la satisfaction d’Ivanka Trump ne mérite pas le fiel de Schneidermann. Comme il le dit, la presse américaine s’en charge. C’est celle de Netanyahou qui lui est insupportable. Une victoire israélienne lui est insupportable. La joie de Netanyahou et de la Nation israélienne, à lire cet article, décrit le même état d’esprit que montrait les affiches nazies du « Juif Süss ». De la même manière, cet article raille le physique de Netta.

Si Israël et la nation juive sont l’expression fondamentale de l’auto-détermination et, par cela, s’opposent à l’Universalisme, l’Antisémitisme est-il l’arme de l’Universalisme ou est-ce l’Universalisme qui est l’arme de l’Antisémitisme ? Question de la poule et de l’œuf chanterait Netta ? La biologie répond à cette question. Mais c’est une autre histoire.

 

Source : polémique Cohen-Schneidermann : http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1142068-daniel-schneidermann-l-idiot-utile-des-dieudonnistes.html

Il n’y a, hélas, pas de mort côté juif dit Hamon !

Il n’y a, hélas, pas de mort côté juif dit Hamon !

Par Gilles FALAVIGNA

“Hélas les morts ne sont que d’un seul côté”, dit le chef du PS, exactement. Bien sûr, ce n’est pas ce qu’il voulait dire. « Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ! » devra-t-il avancer, histoire de reculer. Mais c’est très exactement ce qu’il a dit.

Benoit Hamon n’est pas tout seul. Un autre a exprimé la même chose sous une forme différente mais l’idée y est. Jérôme Bourbon, führer-rédacteur du journal Rivarol et digne héritier de la race des Seigneurs par son allure de vainqueur, écrit un pitoyable « tonton, tu nous manques ! » Bref, le Juif doit mourir.

Devrions-nous « contextualiser » pour réinterpréter la sortie de Benoit Hamon au micro de RTL ? Eh bien justement, le lapsus est révélateur. Alors que la situation est très grave, il s’agit d’un état de guerre, Hamon avec ce qu’il représente prend partie en rejetant, d’un revers de main, ce que l’aveugle pourrait voir. Ce « hélas » ne signifie pas que des morts israéliens permettraient de considérer la position israélienne, puisqu’il s’inscrit dans la logique idéologique défendue par cette Gauche bien-pensante. L’idéologie de l’équilibre, de deux Etats, est confortablement installée dans le politiquement correct consistant à ne pas bouger les lignes. De quelles lignes parlons-nous ?

Ne pas bouger les lignes, c’est revenir systématiquement aux résolutions des Nations-Unies de 1947 et la proposition d’un Etat juif et d’un Etat arabe sur la terre de Palestine. Ces lignes donnaient à Israël un désert au Sud et des marécages au Nord, des positions intenables alors qu’il était clairement établi que la guerre avec le monde arabe serait inéluctable et que les Juifs seraient exterminés.

Et il y eut le miracle de la victoire militaire israélienne de 1948, et sa survie.

Ne pas bouger les lignes, c’est réfuter les conséquences de la victoire israélienne de la guerre des 6 jours, en 1967. Cette victoire relevait encore du miracle. Matériellement, elle assurait une certaine sécurité pour un Etat de 50 kilomètres de large. Ce sont bien ces faits qui sont intolérables aux Nations, puisque ces dernières se battent pour un retour à la situation de 1948, comme si toute démarche d’Israël pour assurer sa paix était irrecevable. N’est-ce pas sous cet aspect global qu’elles refusent à Israël le choix de sa capitale ?

La responsabilité de 60 morts à Gaza serait entièrement le fait du déplacement de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem, selon Benoit Hamon. Le Président Trump aurait le sang de ces 60 « martyrs » sur les mains. Profondément, quel reproche est fait à Donald Trump, un individu dit imprévisible ? Depuis le Président Truman jusqu’au Président Obama, chaque candidat a promis de transférer l’ambassade à Jérusalem et tous ont trahi leur engagement. Le Président Trump ne trahit pas. Il ne louvoie pas dans la compromission. Il est donc imprévisible. Mais peut-être le caractère particulier de Donald Trump ne doit-il rien au hasard dans les circonstances actuelles.

Il est important, ici, de réitérer que l’histoire d’Israël relève du miracle. Les faits sont les faits. Il est néanmoins possible de considérer l’influence de « l’invisible ».

Non, le Président Trump n’est pas responsable de la morts des terroristes du Hamas et de quelques malheureux manipulés à Gaza.

La « marche du retour » n’est pas directement liée à la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem pour capitale d’Israël. La « marche du retour », comme son nom l’indique, se réfère à la déclaration d’indépendance d’Israël, Yom Haatsmaout. Elle est rendue nécessaire, pour les Palestiniens, par la victoire de la guerre des 6 jours, Yom Yeroushalaim.

Il est tout de même particulier que ces événements se déroulent sur une période précise qui se termine par Shavouot, la commémoration du don de la Torah. Peut-on réellement ne voir que le fruit du hasard à ce que les événements d’Israël concordent avec le décompte du Omer? Ben Gourion n’était pas religieux. Que l’indépendance cadre avec le début du mois de Iyar ne peut pas être délibéré. Le déroulement de la guerre des 6 jours et la prise de Jérusalem à 7 jours du décompte du Omer, la dernière semaine, ne peut pas être consécutif d’une intention religieuse de Moshe Dayan qui, comme le souligne le Rav Dynovisz sur le propos, ne devait même pas connaître ce décompte de 7 semaines avant la remise de la Torah.

Et c’est au dernier jour et à la dernière heure de la dernière semaine de Iyar que le représentant majeur des Nations reconnait Jérusalem, capitale d’Israël.

Car, selon la tradition, la dernière semaine du mois de Iyar représente l’attribut lié à David, celui de Jerusalem, celui de la Malkhout, c’est-à-dire la réalité d’Israël en tant que Nation constituée. Est-ce un hasard si les textes qui datent de 2000 ans décrivent à ce point précis les événements de la Nation israélienne contemporaine ?

Au point où nous en sommes, cadrons avec l’entrée dans le mois de Sivan. D’où vient le nom d’Israël ? La tradition fait le lien avec le combat de Jacob contre l’ange. L’ange représente l’émanation d’Essav. C’est au petit jour, avant le lever du Soleil que l’ange bénit Jacob. En fait, il ne bénit pas Jacob qui signifie le juif en exil mais Israël, le Juif en tant que Nation. C’est l’image de ce que vient de réaliser le Président Trump.

La vérité n’est pas unique. Benoit Hamon voit l’histoire depuis sa lorgnette. Il est un personnage d’un autre temps, un temps aujourd’hui révolu.

Selon le rav Dynovisz, les 70 ans d’Israël marquent le passage d’un cycle à un autre. Dans la continuité de son enseignement depuis des décennies, observateur du monde réel, il annonce que nous avons quitté l’ère pré-messianique et que nous sommes entrés dans l’ère du Machia’h. Il avance par ces signes la construction imminente du troisième Temple. Finalement, Benjamin Netanyahou ne l’a-t-il pas également suggéré lors de la cérémonie de l’inauguration de l’ambassade américaine ?

Sous cet aspect, les propos de Benoit Hamon n’ont d’autre place que dans les poubelles de l’Histoire.

Sources : http://ravdynovisz.tv/histoire_du_peuple_juif/a-16-h-aujoudhui-sommes-entres-machiah-ben-david-14-mai-2018/

Le Mossad au cœur de la Hasbara

Les conflits ne sont plus seulement des théâtres d’opérations militaires. Le cadre s’est élargi aux considérations juridiques puis médiatiques. Ils sont, avant tout aujourd’hui, d’ordres sémantiques. Dans un univers construit sur le mensonge, chacun doit faire triompher sa vérité! Mon article sur Jforum:

Par Gilles FALAVIGNA

 

Le Mossad a réalisé un coup d’éclat magistral. Dans la phase la plus tendue des relations internationales qui taraudent le Moyen-Orient, les agents du Renseignement israélien dérobent l’ensemble des informations les plus précises et peut-être les mieux gardées au sujet du nucléaire iranien.

Il est important de contextualiser  cette opération pour en prendre la mesure.

Les forces du Hezbollah pro-iranien se pressent à la frontière nord-israélienne. Pour la première fois de l’Histoire, les frappes israéliennes, pour stopper le déferlement de la logistique iranienne en Syrie, ont causé la mort de soldats iraniens. Israël et l’Iran sont en quasi état de guerre.

En janvier, le Président Trump lançait un ultimatum pour qu’au 12 mai soit reconsidéré l’accord sur le nucléaire iranien. En effet, à cette époque, le rôle néfaste de l’Iran apparaissait comme une évidence, du Yémen à la Syrie comme ailleurs et particulièrement contre le peuple iranien lui-même. La question porte, en réalité, sur deux volets et demi. Le premier porte sur le développement du nucléaire militaire iranien. Le deuxième porte sur la levée des sanctions économiques.

Nous reviendrons, ensuite, sur ce petit déterminant politique qualifié de demi.

Il faut noter que l’opération du Mossad a également été effectuée en janvier.

L’entrepôt où était stocké l’ensemble des données a été identifié en février 2016 par le Mossad, soit après l’entrée en vigueur de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien. C’est la démonstration du caractère particulièrement opérationnel et proactif du service de Renseignement israélien. Les Iraniens transféraient dans le plus grand secret les dizaines de milliers de données depuis tous les sites stratégiques vers cet entrepôt au sud de Téhéran. Et ils étaient surveillés.

Si les langues se délient pour évoquer le coup de maître, vanité des vanités, nous ne savons toujours pas comment 500 kilogrammes de documents ont pu revenir en Israël, soit une distance de 2000 kilomètres en territoire hostile. Nous savons que l’opération s’est déroulée en une nuit et a nécessité une logistique couverte par plus de cent personnes. Cinquante personnes, ensuite, ont travaillé sur l’analyse des produits.

Les services de Renseignement et de Sécurité sont toujours pragmatiques. C’est l’histoire d’une balance entre le profit et le risque, entre l’investissement et le retour sur investissement. Bref, nous avons une opération fantastique. Mais était-elle utile ? La question est légitime puisque même des anciens dirigeants du Mossad la posent.

C’est là que nous retrouvons le demi-volet que nous avions laissé pour établir de quoi il est question. Le premier Ministre Netanyahou parle de preuves « concluantes ».

Une preuve concluante est une preuve irréfutable et qui, en Droit, autorise la décision de Justice.

La première réaction à l’annonce israélienne est venue des Etats-Unis et provient des anciens de l’Administration Obama. Pour Dan Shapiro, ex-ambassadeur en Israël, il n’y a rien de nouveau. Pour Federica Mogherini, l’Européenne dont les nuits sont hantées par le sort de Gaza, ce « camp de concentration à ciel ouvert », il n’y a rien de neuf non plus.

L’AIEA, agence en charge technique du dossier, se dit prête à examiner les pièces tout en affirmant, déjà, qu’il n’y a rien de nouveau.

Pour faire preuve d’un peu de logique et sans besoin d’être un expert, se doter de l’arme nucléaire nécessite deux facteurs : la charge nucléaire et le lanceur. Or, nous savons que l’Iran travaille sur les lanceurs. Quant à savoir si l’Iran a abandonné ses recherches sur la charge nucléaire, le simple fait que tous les documents soient stockés, préservés, témoigne de la volonté de ne pas l’abandonner. C’est en cela et sans entrer dans les détails que cette opération qui ramène 500 kg de secrets est une preuve concluante.

Mais l’accord de Vienne de 2015 porte sur les sanctions économiques contre la recherche iranienne sur le nucléaire militaire. Effectivement, l’Iran se tient prêt mais n’a pas développé de travail sur la charge explosive. Il n’est pas question de la menace que fait peser un Etat-voyou.

Si Dan Shapira, proche d’Obama fut prompt à réagir, ce n’est pas un hasard. L’accord sur le nucléaire iranien est la pierre angulaire du travail géopolitique de son administration au Moyen-Orient. Le travail d’Obama a été de faire aligner ses alliés sur sa position. Plus que tout, la politique internationale américaine est une affaire de politique intérieure. La gestion du nucléaire iranien repose sur le principe du danger pour la sûreté intérieure. Or, cette question ne peut être déterminée au Sénat américain que par une majorité de 60%. C’est Donald Trump qui est visé.

Alors qu’importe que le Maroc rompe ses relations avec l’Iran cette semaine par les preuves concluantes  de l’armement chi’ite du Front Polisario, si loin de l’Orient, si proche de l’Occident. L’Iran est-il une menace pour les Etats-Unis ?

De même, c’est la politique générale de l’Union Européenne qui serait remise en cause par l’établissement de sanctions économiques contre l’Iran.

Alors qu’importe que l’Iran, en réponse au Président Trump, déclare que si les USA quittent l’accord, l’Iran s’en retirera, démontrant ainsi la priorité iranienne pour le nucléaire militaire vis-à-vis des sanctions économiques. N’est-ce pas la position la plus logique en gestion de l’humiliation subie ?

Quant à la Chine et la Russie, les deux puissances périphériques associées à l’accord, la position iranienne assure qu’elles porteront un intérêt très relatif à son devenir.

La preuve n’est rien. Le théâtre des opérations n’est plus juridique, il n’est plus médiatique. Il est sémantique. Au petit jeu consistant à traiter l’autre de menteur, l’intérêt de l’opération du Mossad, si elle contribue à mettre en exergue l’inefficacité de la Hasbara, aura l’avantage de faire tomber les masques, à l’heure où chacun est mis en face de ses responsabilités. Et plus que jamais, la géopolitique est avant tout de la métapolitique où l’irrationnel domine les esprits.